Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/03/2006

Malia "Yellow Daffodils" et la soul s' illumine

Pour la petite histoire, ce disque est composé par André Manoukian, le sémillant poête chevelu de "La nouvelle Star". Déjà Pygmalion de Liane Foly aux débuts de celle-ci, et alors qu' elle rabote son nez en même temps que son originalité, Manoukian rencontre Malia et sous le charme de sa voix, lui fait le plus beau des cadeaux en lui concoctant ce bijou...

Le fruit de cette collaboration est juste époustouflant, entre la soul (Quelle voix, non mais quelle voix ! chaude ou rugueuse, mais toujours là ou il faut), le jazz (un peu de trompette de Truffaz, beaucoup de swing), le trip-hop (samples au petit fumet de dub) voire de world, quand un chanteur Africain s' invite au banquet....

Les douze chansons valent le détour, inutile de me demander mes préférées... Bon allez, j' ai un faible pour la reprise de "India song", les paroles de Duras et le petit accent anglais de Malia sur cette mélodie divine aaarrgh... Je me souviens que lors de la sortie du disque en 2002, on en avait parlé en bien, quelques années ont passé rien n' a changé, si par hasard, vous offrez aux oreilles de vos hôtes ce joyau, tous auront la sensation de l' avoir déjà écouté, et pour cause, ils l' aimeront déjà..

échelle de facilité d' écoute

Rythme 3/5: pas mal de trouvailles, assenées avec aplomb et charme, c'est le meilleur moyen de les adopter

Mélodie 4/5: Toutes au service de la voix de velours de la belle, celle-ci les sublime et les rends encore plus belles

Longueur des morceaux 5/5: Idéal, douze chansons, pas le temps de se lasser entre.

Paroles.... Euh, là j'ai rien traduit, je l' avoue !

Passerelle vers jazz, Soul voire électro

Les commentaires sont fermés.