Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/03/2006

De Lucia - Di Meola -Mc Laughlin "Friday Night in San Francisco" le disque qui a dégouté des générations entières de guitaristes !

Alors que je n' étais qu' un jeune étudiant de 18 ans qui gratouillait lamentablement sa guitare, je suis un jour tombé par l' intermédiaire d' une bonne âme sur ce chef d' oeuvre de trio. Et il arrive la même aventure à des milliers d' innocents chaque année qui continuent inlassablement à découvrir ce monument, qui se vend toujours toujours aussi bien: La raison en est simple, cet enregistrement d' un concert maintenant historique n' est que pure jouissance musicale...

1. Paco de Lucia, le maitre de la guitare flamenco, aussi souriant qu' une porte de prison et d' une rigueur tout simplement incroyable, une technique sans faille... Sa notoriété commençait juste à franchier les fontières de son Andalousie natale.

2. Al DiMeola, l' enfant prodige de la guitare électrique de la fin de la décennie jazz-rock, presque déjà statufié à moins de trente ans

3. John McLaughlin, le vagabond génial, traverse la décennie 70 entre Miles Davis (Bitches Brew) et la musique indienne survitaminée (Mahavishnu Orchestra) ou non (Shakti), polyvalent, mystique, mystérieux à la fois.

Ces 3 guitaristes sont toujours aujourd' hui tout en haut de l' Olympe, mais à l' époque, leur jeunesse, leur curiosité, leur envie de jouer avec d' autres emportait tout et un vendredi soir à San Francisco en 1981, quelques centaines de personnes ont eu le privilège d' assister à leur rencontre, tout en acoustique. Ici tout n' est que plaisir, pas de grande concertation, d' exposé de thème ou de subtiles nuances.. Ca envoie du début à la fin. Flamenco speedé pour commencer, DiMeola enflamme le public, DeLucia le lui rend bouche bée... Ensuite blues-impro, inspirations brésiliennes, corde qui pète au milieu d' un morceau, petite ballade indienne méditative pour finir,le tout animé par la même ferveur et une la technique incroyable au service de la jouissance pure. Le plus incroyable est de se dire qu' en théorie avec 2 autres potes et 3 guitares, il est possible de faire quelque chose d' approchant...

echelle de facilité d' écoute

rythme 3/5: Parfois un peu brouillon lorsqu' ils jouent à trois, les duos sont des petites merveilles, écoutez l' accompagnement flamenco de Paco (Très facile il y a un guitariste à droite et l' autre à gauche, du pur bonheur...)

Mélodies 4/5: C' est l' énorme point fort de ce disque qui ne se complait pas dans un milieu jazz ou flamenco fermé, les mélodies sont entrainantes et sublimes (Cf l' intro de Rio Ancho, dès le début on est conquis..)

Longueurs des morceaux 1/5 qui se plaindra d' avoir des plages de 11 minutes de cette qualité ?

Pas de paroles...

Passerelle vers jazz, world-music, guitare

Les commentaires sont fermés.