Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/12/2006

Vous reprendrez bien un peu de Neil Young ?

J' ai déjà parlé ici de l' incontournable album Harvest de Neil Young. Mais il se trouve que ce n' est pas l' album que j' aime le plus du vieux Canadien solitaire... A vrai dire, en ce moment je suis en admiration totale devant sa capacité à tisser des longs morceaux mélancoliques avec solo de guitare au ralenti éblouissant à l' intérieur..

Pour Noël, je vous propose donc ma sélection nocturne :

medium_B000002KCI.02._AA240_SCLZZZZZZZ_.jpg

Sur l' Album Zuma, datant de 1975, Cortez the Killer. Le titre résume bien la chanson. Petite particularité, le solo n' est pas dans le morceau mais commence celui-ci. Evidemment ce sont les inoxydables du Crazy Horse qui accompagnent le loner.. (J' adore ecrire loner, je vais vous la ressortir sans fin...)


podcast
 

 

  

medium_B000002KD9.01._AA240_SCLZZZZZZZ_.jpg Sur After the Gold Rush, l' un des premiers disques mythiques de Neil Young, comment se passer du décapant Southern Man ? Très enclin à resserrer les liens d' amitié avec les gentils sudistes Américain. Il nous livre cette bombe bien rock et énergique avec un riff nerveux en prime. La réponse des bouseux viendra avec l' horrible Sweet Home Alabama de Lynyrd Skynyrd. Admirez les paroles on dirait une bataille Antoine - Johnny..

 Well, I heard Mister Neil Young sing about her

 Well, I heard ol' Neil young put her down

 Well, I hope Neil Young Will remember
 A Southern Man don't need him around anyhow 

Sublime de finesse non ?


podcast

medium_B00009P1O0.01._AA240_SCLZZZZZZZ_.jpgMais que dire alors d' On the Beach ?

Rien. Ecoutez, ce morceau vient des cieux.. 1974, année bénie des Dieux..  Ce disque est un trésor je mets au défi quiconque de retrouver un avis négatif sur cet album définitif.

 

 

 podcast

 

Commentaires

Merci pour ton commentaire. J'adore Neil YOUNG !

Écrit par : elisabeth | 18/01/2007

Les commentaires sont fermés.