Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/01/2007

Henri Texier "Varech" Des mélodies plein les godasses

medium_BTWWplhoR3fr2058xfwXJnJDsoNDSQU3ioA9DA.jpgMon amour pour ce disque du contrebassiste Henri Texier qui date de 1979 c' est étrangement et avant tout une histoire de pochette. Elle me fascine littéralement: ce regard de pécheur, cette barbe, ce bonnet et pour finir cette contrebasse un peu fatiguée me séduisent toujours autant.. Rajoutez à tout celà ce titre énigmatique et vous comprendrez pourquoi cet album m' avait conquis avant même que je ne l' écoute.

Et comme souvent, l' instinct a bien fait les choses, la musique, entièrement jouée par Henri Texier (contrebasse, bombarde, flûte, mais surtout l' oud sur lequel il tisse toutes les mélodies) est aussi envoutante que son contenant. Entre les lignes de basses sensuelles, les airs d' oud tout en douceurs et l' ambiance un peu hypnotique de l' ensemble, Henri Texier nous transporte en clin d' oeil, un dimanche matin en Bretagne: le vent souffle, on a un peu froid, mais l' air est si agréable à respirer que l' on a envie de rester là...

Ce disque est idéal pour mettre un pied dans le jazz qui n' est pas seulement le refuge des improvisations de 15 minutes et des wap-doo-wap de Michel Leeb. Vingt ans plus tard, Texier accompagné de Romano et Sclavis donneront à cette musique savante mais accessible ses lettres de noblesse avec la célèbre Trilogie Africaine.. 

NB: Varech est maintenant disponible en réédition avec Amir, son premier disque niveau financier vous y gagnez, mais vous n' avez plus ma pochette préférée...

Les "là-bas"


podcast


L' éléphant 


podcast


Echelle de facilité d' écoute

Rythme 4/5: Une leçon de groove de contrebasse, j' aime !

Mélodies 5/5: Fines et claires, comme les huitres !

Longueur des morceaux 5/5: 9 morceaux en moins de quarante minutes.. Le pied ! 

Passerelle vers world-music, jazz 

Commentaires

You don't know how lucky you are boy. Hadi Susumu.

Écrit par : Hadi Susumu | 14/08/2007

Les commentaires sont fermés.