Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/01/2007

Pascals "Dodesukaden" Ils sont fous ces nippons !

medium_pascals.jpgCette chronique débute par une difficulté de taille, savoir dans quelle catégorie faire rentrer ce disque... Débat tranché sans conviction, là n' est pas le plus important.

Le plus important est bien évidemment de parler de ce groupe japonais totalement halluciné, baptisé Pascals en hommage à un grand compositeur français (que je ne connais pas - encore - honte sur moi ), à savoir Pascal Comelade. D' abord voués aux reprises de leur seul maître et inspirateur hexagonal, les nippons viennent ici mélanger toute les bizarreries poétiques qu' ils croisent.. On joue donc ici avec Brian Eno, le bien connu dorénavant Louis Hardin "Moondog", Toru Takemitsu le grand compositeur contemporain ou même Bizet, à l' occasion d' une reprise pour le moins surprenante de Carmen.

L' ensemble avec choeurs naifs, guimbarde, mini-piano, instruments à vents, cordes et guitare electrique accompagnera très bien un pique-nique dominical sous LSD au pied du Mont Fuji. Entre comptines et digressions libertaires Les Pascals font vraiment tout pour que l' on ne sache pas comment définir leur musique. On est donc obligés de l' écouter.

Dandanbatake, cet air simple et hypnotique répété sans fin mais sans lassitude me rappelle un peu Godspeed you ! Black Emperor, un groupe canadien qui base tout son succès sur des montées en puissance aussi prévisibles que bouleversantes. Ici même combat (mais avec des fraises Tagada...)

 
podcast

I'm This, I'm that... Adaptation d' un thême du grand Moondog, les paroles collent si bien à l' esprit de ce groupe que je ne peux m' empêcher de vous le faire partager. Et puis, l' anglais avec un accent japonais, c' est charmant (en plus on comprend tout ^^) 


podcast

Echelle de facilité d' écoute

Rythme 4/5: Si vous avez écouté les extraits, vous ne pouvez qu' approuver.

Mélodies 4/5: Les berceuses de notre enfance ne se retiennent pas mieux

Longueur des morceaux 4/5: Pas de longueur, ca en devient presque dommage

Passerelle vers orchestre, fanfare, world-music, manga, j-pop.. (rajoutez ce que vous voulez ici...) 

 

Commentaires

Alchimie très spéciale entre l'épure nippone, des couleurs impressionnistes, voire primitivistes, la rigueur de la musique contemporaine, la fraîcheur de folklores traditionnels.
On voit d'emblée des tableaux, des peintures de scènes populaires du genre "Déjeuner sur l'herbe", mais transportés dans un univers psychédélique exotique. C'est comme un mix de Manet, du Douanier Rousseau et de Hokusai. Et en plus ils ont le bon goût de reprendre du Moondog.
Je ne comprends pas pourquoi cet objet n'est pas déjà entre mes mains.

Écrit par : Julien | 17/01/2007

Les commentaires sont fermés.