Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/01/2007

Quelques fiers Mongols, ONJ et autres.. Le Led Zeppelin redécolle

Voilà un groupe qui n' a peut-être jamais été aussi copié et compilé de toutes parts! Depuis deux ans, c' est opération portes ouvertes dans le répertoire de Led Zeppelin, à croire que leurs titres sont tombés dans le domaine public, mais non, je connais un guitariste chevelu qui doit se frotter les mains...

medium_pochette.2.gifPour commencer, parlons un peu de la fanfare déjantée Quelques fiers Mongols qui comme son nom l' indique, vient de France. Ce groupe met en évidence combien les gros riffs de guitare prennent une allure festive une fois soufflés au trombone ou au sousaphone (le gros cor de chasse que l' on s' entoure autour du buste pour se transformer en phonogramme sur patte), et soutenus par un orgue de foire... Mais en plus, on est souvent transporté par certains passages dans des ambiances plus dépouilléés (ah.. Kashmir...), et pour le coup, on se croit vraiment au pays de Gengis-Khan, avec à peine un chameau et une yourte fumante pour témoins. Prenant une vraie liberté avec les compositions originales mais sans jamais les renier, Quelques fiers Mongols réussissent leur pari et nous, on applaudit.

The Wanton Song


podcast 

Après les Mongols de France, il est temps de parler du Mongol de Mongolie.. Albert Kuvezin est le leader du groupe Yat-kha, dont je me demande bien comment j' ai fait pour ne pas en parler encore ici...

medium_ReCovers.jpg Sur son dernier disque Recovers, il adapte toutes sortes d' airs plus ou moins connus en une transe pour voix d' outre-tombe qui dégouterait le premier chant de black-metal en collant noir venu. Avec en bonus, quelques passages en voix diphonique (à savoir une note basse tenue et une mélodie aigue qui se "superpose", tout cà avec une seule gorge, ne me demandez pas comment ils font), l' ensemble est plutôt surprenant !

Evidemment Led Zeppelin, fait partie du lot. Ici, il faut essayer de reconnaître When the Levee breaks


podcast

 

Et enfin, comment oublier le très bon disque de l' Orchestre natinal de jazz (qui est au jazz ce que le théâtre subventionné est -toutes proportions gardées- au théâtre: une institution que l' on critique quand on n' y est pas et où les leaders se succèdent fissa) Close to heaven ?

medium_14064.jpgLà aussi que des reprises du groupe anglais, avec à la tête du tout, le vibraphoniste Franck Tortiller qui à l' instar de beaucoup de jazzmen a d' abord été transi d' admiration pour le bon vieux rock. Espérons que cet album réussisse un peu à reconcilier ces deux univers, en tout cas, en ce qui me concerne, c' est du tout bon, y' a pas à tortiller ! (Celle-là, c' est cadeau, je vous l' offre ^^).

Le solo de Stairway to heaven adapté pour les cuivres est tellement bon que je vous le fait partager. Comme cette piste fait 10 minutes en tout, j' espère que ca vous donnera surtout envie d' en découvrir plus.


podcast
 

Bon, et avec tout çà, il faut aussi rappeller que les originaux de Led Zeppelin restent incontournables. Page, Plant, Bonham et Jones rule !

 

 

 

 

 

 

Commentaires

j'aime bien la fanfare !
je te conseil aussi un groupe de dixieland qui reprend "black dog" avec un cirtuosité surprenante :
http://www.hayseed-dixie.com/
mci pour ton commentaire.

Écrit par : badaboombass | 22/01/2007

Ces titres sont vraiment réussis. Toucher à l'icône zeppelin
constitue en soi une prise de risques considérable, ne serait-ce que parce pour rester au niveau émotionnel du groupe d'origine, il faut être sacrément dégourdi ! La facilité est dans la version, extraordinaire par ailleurs , de the wanton song. Evidemment, avec un groove pareil, tout devient possible...Le batteur respecte cependant vraiment la science de l'impactisme que possédait Bonham et on peut écouter le morceau sans sourire, le feeling est intact ! Prodigieux non ?
A quand une version de The Ocean ? :)))
Je suis assez proche intellectuellement des chamanes Monghols et la voix diphonique a l'élégance de ne pas être outrancière. j'avais trouvé sur le web un morceau de mandüül khan qui tournait autour d'une voix comparable... Merci pour ces beaux titres, créatifs et qui nous rappellent que le zep, c'est le zep et qu'on n'a pas fini des rester interloqués devant leurs compositions d'une perfection quasiment irréèlle.

Écrit par : joruri | 30/01/2007

Ah, je vérifie au dos de la pochette qui me dir que "The Ocean" fait bien partie des reprisers de "Quelques fiers Mongols".

Comment allez-vous faire pour ne pas acheter de disque ? ^^

Merci pour ce commentaire constructif

Écrit par : disch | 30/01/2007

Les commentaires sont fermés.