Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/04/2007

Luz "J' aime pas la chanson française" une BD qu' elle est drôle en plus

medium_LuzBig.2.jpgVoilà un bon petit livre pour tous ceux que la nouvelle vague de chanson française à bretelles énerve. Bourré de mauvaise foi et de bons gros gags épais. Tout le monde s' en prends dans la gueule, pas de jaloux, Biolay et ses sèche-cheveux, Delerm et sa révolution culturelle de chez Lidl, Les Choristes et leus têtes de cul et toute la troupe du Soldat Rose et des Enfoirés.

Fort heureusement, les artistes français qui me plaisent, sont épargnés, ou plus vraisemblablement ignorés. J' ai donc pu me fendre la poire sans arrière-penséé.. Une bonne idée-cadeau pour les fêtes .medium_ch_franaise_p6_1.2.jpg

10/04/2007

Nicolas Repac, Artaud, The Cinematic Orchestra et voici les BO imaginaires du XXIe siècle...

medium_repac.jpgNicolas Repac - Swing Swing - La nuit mène une existence obscure

 


podcast

 

 

Les musiques de films forment une caste bien particulières dans le paysage musical. Pouvant aller de la compilation géniale (Tony Gatlif, Jim Jarmusch) ou insipide aux grands thêmes d' inspiration classique qui en deviennent inoubliables (ah, Lawrence d' Arabie).

Avec l' électronique et les possibilités multiples qu' elle apporte, de nombreux albums récent possèdent un petit-je-ne-sais-quoi en plus qui évoque ces ambiances envoutantes. Comme Swing-Swing de Nicolas Repac, génial bidouilleur, qui signe un bijou d' accompagnement pour film policier en noir et blanc. Les titres des morceaux Revue noire, La Pegre, Les annés folles confirment cette impression...

 

medium_cinematic.jpgThe Cinematic Orchestra - Man with a movie Camera - The Awakening of a Woman (burnout) Attention ca dure 10 minutes ^^

 
podcast

 

 

Cette filiation avec le grand écran juste suggérée par Nicolas Repac est assumée et même revendiquée par le collectif mi-électro mi-acoustique The Cinematic Orchestra qui avec le déjà presqu' ancien album The man with a movie camera avait pour ambition de recréer une nouvelle bande originale d' un film datant de 1929. La réussite est totale, les thêmes s' enchevêtrent, se retiennent, tournent et jouent en boucle. La technologie çà a du bon parfois.

 

medium_10377106_p.jpg Artaud - La tour Invisible - Emeutes

(Ah, ca commence par des accords légers au piano, on se croirait à écouter du Egberto Gismonti, et puis tout s' envole.... C' est beau)


podcast

 

 

Dernier disque à entretenir cette fibre lyrique selon moi, La Tour Invisble, récent album du contrebassiste de jazz Vincent Artaud -et pas Antonin comme il essaie peut-être de le faire croire ^^ -. Un réel coup de coeur, des arrangements à la feuille d' or, des influences classiques indéniables et séduisantes. Un surprenant voyage en apesanteur..

07/04/2007

Betty Davis "This is it" Une lionne en chaleur dans les 70's.

medium_betty.jpgBetty Davis a été une des nombreuses compagnes de Miles Davis. Mis à part le fait qu' elle voulait voir son homme prendre un virage artistique résolument plus rock et qu' elle l' a convaincu que les pantalons en peau de serpent lui allaient à ravir, Bette Davis a également commis trois bombes de funk hypersexuel au coeur des années 70.

Au bout de trente secondes, on est catapulté dans une discothèque humide et pleine de d' hormones, assailli par des tigresses métisses en T-shirts trop petits. Ce n' est plus seulement de la musique, c' est aussi l' appel de la nature et de nos sens, c' est le brâme du cerf...

Cette compilation ne connait pas de temps mort. J' ai choisi

Funk


podcast  

This is it


podcast
 

 

Echelle de facilité d' écoute

Rythme 5/5: Funkadelic n' aurait pas fait mieux. Groove groove groove

mélodies 3/5: Pas trop recherchées mais orgasmiques au possible, quelle voix !

Longueur des morceaux 4/5: On va à l' essentiel, 19 bombes dans le CD !

Passerelle vers black music, funk, Miles Davis 

 

 

05/04/2007

"Rock & Folk" VS "Vibrations" - Le test !

Parler musique, écouter de la musique, s' engueuler musique.. Quel bonheur ! Insatiables que nous sommes, toujours à l' affût d' un disque qui serait passé hors de la portée de nos grandes antennes webiennes, nous voilà également esclaves de la presse dite "spécialisée". Celle qui nous fera faire le premier pas faire un album au lieu d' un autre...

 Donc pas de baston de musique ce jour, une bonne vieille baston de journaleux !

A Gauche: Rock & Folk 

Là franchement, j' aurais bien aimé vous poser la couverture du mois d' avril, mais le site officiel des Editions Larivière est indisponible. Ou alors, ce qui est plus probable, bloqué en 1967, ce qui expliquerait les difficultés à obtenir ce que l' on cherche. Enfin bref, Rock & Folk en Avril, c' est la découverte d' un petit groupe dont on reparlera bientôt... Les Stooges !! Sur la photo, Iggy Pop qui a pas pris un gramme et ses potes qui ont pris 150 ans dans les dents à eux trois. 5 euros 95.

A Droite: Vibrations 

medium_cover92.jpgUne photo d' un producteur américain Timbaland que je ne connais pas du tout.. On parle de Tijuana et de Stax. Assez vague ma foi. 4 euros 70

Bon on va pouvoir commencer à comparer le contenu avec.... La guerre des éditos !! Tremblez mortels.

 

 

 

A Gauche:

medium_images.3.jpgPhilippe Manoeuvre !! L' inamovible. Une institution. Là ca parle surtout disques enfin plus courts (je suis d' accord) avec pour preuve les récents albums des Stooges bien sur mais aussi des Naast et Plasticines. Pour ceux qui ne seraient pas encore des lecteurs assidus de Rock & Folk et donc ignoreraient en conséquence l' existence même de ces groupes, nous rappelons qu' il s' agit de formations de jeunes Parisiens fous des années 60 et de la musique qui va avec. On a donc:

1. Le groupe avec quéquettes, Naast, des bourgeois horriblement mignons dont on jalousera tout de suite le minois et qui ne sont en aucun cas arrivés sur devant de la scène en raison d' une quelconque ascendance avec un éventuel rédacteur du-dit Rock & Folk. La preuve, personne ne le sait.

2. Le groupe avec foufounes, les Plasticines horriblement mignonnes et réveillant immédiatement les pulsions les plus viles chez le lecteur ayant un surplus de testostérone. Comme leurs homologues masculins, ce sont des copines fans de rock 60's qui n' ont pas attendu de savoir jouer pour monter sur la scène. Leur énergie leur suffit.Et leur engagement aussi. D' ailleurs comme Manoeuvre n' avait pas grand chose à dire, il a laissé un petit message de Marine des Plasticines pour conclure cet édito. Je cite:

"Le réchauffement de la planète est une horreur. la forêt amazonienne est en train de disparaitre. J' ai trouvé un site qui met en place un programme destiné à planter des arbres au Brésil. Planet Urgence est un site qui te permet de calculer ta consommation personnelle en CO2. Pour réparer, tu plantes des arbres. On te dit combien il faut Cette cause me tient à coeur. J' ai planté 89 arbres pour une somme de 37 euros au total. Il faut sensibiliser les gens, il faut se mobiliser: adaoptez des arbres! "

Trop cool Marine. Tu pourras me laisser un mot dans mon agenda pendant l' heure d' Histoire-Géo ?

A droite, on parle plutôt du nouveau site de Vibrationsmusic. Pas passionnant non plus. Heureusement la chronique de Gilles Tordjman à base de folk désespéré, d' anglais fous de kora et de boleros cubain supplée bien cet édito maigrichon.

 

Ensuite, Rock & folk nous offre leur spécialité maison. Le courrier des lecteurs. Franchement, c' est le meilleur moment  au moins niveau poilade. Entre deux souvenirs d'anciens combattants qui font un concours de médailles récoltées au chant d' honneur du bon vieux wokenwoll pas moins de 6 lettres, évidemment représentatives, sur le renouveau du rock évidemment incarné entre autres par Naast et Plasticines... Je vais allonger le tout avec cet extrait absolument authentique d' une fan des beaux gosses: :
"Moi, en tout cas, je suis complètement accro aux Naast, à "Antichambre" et à la vidéo de leur passage sur Canal + (ou d' ailleurs on pourra m' apercevoir... La fille derrière Bataille et Fontaine, choquée lorsqu' ils leur demandent quelle drogue ils prenaient, c' est moi ! D' ailleurs, on ne l' entend pas très bien, mais j' ai crié "N' importe quoi !" et Gustave s' est retourné vers moi. La honte...Heureusement qu' à la sortie, je me suis rattrapée et leur ai dit qu' ils étaient les meilleurs.. Bon je raconte un peu ma vie alors fermeture de parenthèse !)"  Vous avez trois secondes pour trouver la seule trace de lucidité présente là dedans...

 

medium_images.4.jpgOn peut passer au contenu musical proprement dit. Chez Rock & Folk, mieux vaut avoir un "The" avant son nom pour avoir la moindre chance d' y figurer. The Rakes, The Noisettes, The Besnard Lakes et The Ponys entourent LCD Sound System...En vedette on retrouve "Le Meilleur groupe du monde que personne ne connait "(je confirme): The Fall. Puis une rétro sur The Doors avant enfin de découvrir ce petit groupe qui monte The Stooges, avec interview de l' icone Iggy par son égal Manoeuvre...

En face, gros plan sur le Timbaland de couverture, DeeDee Bridgewater, un reportage sur le label Stax de Memphis, sur le collecif electro mexicain de Tijuana Nortec.

 

Les chroniques de disques reflètent également cette différence. Rock à gogo chez Rock & Folk et métissage chez Vibrations. Là seul le lecteur peut juger. A lui de faire son choix. Mais dans les pages de Rock & Folk, on retrouvera néanmoins deux articles sur Tinariwen (avec quand même une photo du guitariste en train de mimer Keith Richards, faut pas déconner non plus) et Amy Winehouse qui vont un peu au-delà de la ligne éditoriale habituelle du mensuel. On se réjouira donc de cette ouverture d' esprit. Ces artistes ont-ils aussi éveillé l' attention chez Vibrations ? Oui, en Février pour Tinariwen et en mars pour Amy Winehouse.... Décidemment, c' est dur d' être à la pointe quand on vit dans le passé.

 

Vous aurez compris que je préfère de loin Vibrations. Cet article n' est pas objectif, le pouvait-il seulement ? Mais la tendance que prend Rock & Folk, à toujours glorifier le passé tout en poussant de manière éhontée quelques groupes qui n' ont absolument rien de plus que les autres me remue dans mon slip. Les grands observateurs du rock vont même jusqu' à organiser parfois une surprise-party ou se rassemblent à la fois ces jeunes gens, la rédaction (avec l' innénarable Patrick Eudeline) pour une petite séance d' autocongratulation et un public déjà acquis à leur cause évidemment déchainé. Bien loin des autres, tournant tout autour d' eux mêmes, écoutant leurs échos plutôt que d' autres musiques. Un compte-rendu indispensable est bien évidemment disponible. On y apprend donc que les Plasticines devaient faire un set de ouf. Annulé "pour une raison inconnue d' elles seules", mais que l' on se rassure, la soirée fut belle. Aussi belle que cette question de Philippe Manouevre à Iggy Pop :

"A l' écoute de "The Weirdness" (ndlr -le dernier album des Stooges -), on se dit que beaucoup de gens n' ont pas foutu grand chose au cours des vingt dernières années. En fait, le rock est parti chez Walt Disney..." Pourtant des disques plus indispensables les uns que les autres, Rock & Folk en a bien mis en valeur pendant 20 ans. Où sont-ils maintenant ? Même Manoeuvre semble les avoir oublié.. Comme il oublie aussi ceux qui ont réellement fait bouger la musique pendant cette période, qui ont juste le tort à leurs yeux d' avoir osé faire autre chose qu' une énième resucée de succès datant de quarante ans. Naast et Plasticines sont de ceux là. On a le droit de les aimer. D' aimer cette musique simple et rugueuse, mélange de doigt d' honneur, d' accords majeurs, de beuveries et de groupies énamourées. Mais cette musique a quarante ans. On a aussi le droit de continuer à avancer les oreilles plus que jamais ouvertes sur le monde. La musique nous vient de toutes parts, j' ai choisi d' avancer avec elle plutôt que d' attendre sa mort en la veillant.

 

 

 

04/04/2007

Gonzales "Solo piano" - Oh des petites berceuses...

medium_gonzo.jpgAh que ce disque est doux et tendre, vous jeunes parents qui ne savaient pas quoi donner aux douces oreilles de vos enfants quand ils pleurent un peu trop, essayez donc ces contines.

Evocant Satie en un peu moins mystérieux et sombre, mais plus sucré et aussi les Children Songs de Chick Corea en moins sophistiqué, ces 16 miniatures jouées au piano par Gonzales, plus connu jusqu' alors pour ses collaborations dans le milieu de la scène électronique vous raviront. 

On rêverait presque de les apprendre plutôt que de jouer la Lettre à Elise ou l' immonde Marche turque... On remercie encore  No Format qui multiplie les audaces au sein de son catalogue.. Non le monde de la musique n' est pas fait que d' horribles requins prêts à tout pour décrocher un NRJ merdique award...

 

Manifesto 

 podcast

 

Gogol 

 podcast

 

Echelle de facilité d' écoute

Rythme 4/5: une petite valse par ici ou par là, un-deux-trois, un-deux-trois..

Mélodies 5/5: des berceuses, je vous dis..

Longueur des morceaux 5/5: Inconvénient, le disque est trop court ^^ 

Passerelle vers piano, musique classique, berceuses....