Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/08/2007

The Forge players "Flow my tears", John Dowland, le premier rockeur

de6cef8a6cf26313536c8ecec348d674.jpgJohn Dowland (1563-1626) est sans conteste le plus ancien musicien dont j' aurais parlé ici. Et c' est également l' un de ceux dont l' actualité est la plus brulante, car on parle beaucoup de lui (enfin, beaucoup, c' est peut-être un peu éxagéré..) surtout depuis que Sting s' est mis au luth pour reprendre les plus beaux airs du Monsieur. Et on s' extasie de la modernité de cette musique qui a si peu vieilli. Avant le beau Sting, John Surman, saxophoniste émérite avait déjà proposé une version passionnante de son oeuvre à travers son très bien nommé "Dowland Project".

L' engouement pour John Dowland vient probablement de l' accessibilité de ses airs très populaires, une vraie rock star avant l' heure en sorte. Racontant l' amour et la vie, on pourrait reprendre les textes de ses chansons aujourd' hui sans que celà ne choque quiconque. Mention spéciale pour son titre hilarant "Semper Dowland, Semper dolens", qui traduit signifie a peu près: "Toujours Dowland, toujours souffrant", comme quoi, les jeux de mots à la Ruquier existaient depuis longtemps. 

Ici ce sont The Forge Players qui reprennent les tubes de l' immortel John. Instruments d' époque et un chanteur stupéfiant qui se démène, sue, souffle et souffre. On l' entends même parfois reprendre son souffle à la fin tellement il envoie le bois ! 

What if i never speed 

podcast


Come Again 


podcast


Echelle de facilité d' écoute

Mélodies 3/5: Très typiques de l' époque au niveau des tonalités, mais ca a pas vraiment changé depuis..

Rythme 3/5: Idem

Longueur des morceaux: Ce sont des chansons, ce n' est donc pas long !

Passerelle vers luth, musique classique 

 

Commentaires

"La musique de John DOWLAND laisse transparaître une sensibilité tourmentée qui en fait un romantique avant l'heure." Ceci est le début d'une note que je vais bientôt mettre sur mon blog. Ayant joué un morceau de ce musicien à Noêl 2006 avec ma guitare, je suis d'accord avec vous sur la modernité de sa musique. Je remercie Sting d'avoir remis au goût du jour quelques unes de ses oeuvres. Et je vous remercie d'en parler ici.
Bon après midi.

Écrit par : elisabeth | 10/09/2007

Les commentaires sont fermés.