Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/10/2009

Hadopi, ni pour ni contre, bien au contraire !

hadop.jpgAlela Diane The Pirate's Gospel


podcast

Si j'a bien suivi l'actualité, le projet de loi sataniste, inutile et liberticide va finalement prendre forme. Et dans cette histoire honnêtement, j'ai la désagréable sensation de n'être d'accord avec personne.

Pas d'accord évidemment avec les artistes parfois aisés (Diam's ah ah ah) qui viennent pleurer leurs euros perdus, en prenant des arguments pitoyables tels que "La Baguette chez le boulanger, on la paie" pour tenter de faire passer pour du vol à l'étalage ce qui n'est qu'une curiosité exacerbée et parfois déviante. On ne nous épargne rien, et evidemment pas "la standardiste" des maisons de disques qui risque de perdre son boulot, tout ça par la faute du piratage. Soyons sérieux, il s'est vendu beaucoup trop de mauvaise musique ces 15 dernières années. Quand des artistes aussi indispensables qu'Indochine ou Raphael dépassent le million d'exemplaire 'albums écoulés, il faut se rendre à l'évidence,et comprendre que ce n'était pas de la musique que tout ce beau monde vendait mais bien un bruit de fond à la mode. Si d'ailleurs ce bruit de fond vous plait, ne vous inquiétez pas, il est disponible à 3 euros dans toutes les boutiques discount de France, rejeté avec ses centaines de semblables. Le téléchargement illégal met ainsi en lumière les incohérence du discours misérabiliste de ceux qui sous prétexte de vendre de la musique pensaient vendre de la culture alors qu'en fourguant des disques comme des tomates ou du couscous il semblait évident que le jour ou ils seront disponible pour rien, tout le monde se jeterait dessus. On a banalisé la musique, on en a fait un produit presque aussi nécessaire que le dentifrice ou les pâtes alimentaires, d'ailleurs on les achetait en même temps et en promo si possible (ah, les grands bacs de l'hypermarché ou je fouillais entre les compilations de Michel Delpech et Ace of Base, toute une époque...), aujourd'hui ce système pernicieux se retourne contre ceux qui l'ont crée et il ne fallait évidemment pas compter sur eux pour faire un petit mea Culpa, il reste plus facile de rejeter la faute sur les autres, surtout si on a Juliette Greco et Frederic Mitterand à ses côtés.

hadop2.pngMais malheureusement à cause de ses insuffisances (car elle ne réglera évidemment rien), cette loi HADOPI n'aura même pas permis à ceux qui téléchargent à la benne de se poser pour une fois en face d'eux-même et de leurs responsabilités. Ils sortent des personnages inquiétants, des sondages qui montrent que ceux qui téléchargent le plus achètent aussi le plus (quelle surprise !) bref se donnent une bonne conscience en plastique rutilant pour leurs excès de tous genres. Films, séries, musique, tout y passe. Et plus il y en aura, mieux ca vaudra. Ils croient aveuglément qu'ils sauront toujours tirer le meilleur de cette manne qui leur arrive en haut-débit. Que leur finesse d'esprit leur permettra de faire les bons choix, et de bien investir leurs quelques deniers (ajouter ici un passage de pleurnichage sous couvert de dépenses importantes pour la culture). Je ne pense pas qu'un esprit critique se développe sous l'opulence obscène, ni en faisant fi de toute morale. A force de vivre dans l'urgence (Kawai ! le dernier TBBT est trop lol ), à force de vouloir avoir un avis sur tout et tout de suite, c'est bel et bien ce soit-disant esprit critique qu'ils laissent tout doucement s'enfoncer dans la fange. A mon humble avis, certaines choses méritent un certain questionnement pour prendre leur vraie valeur. Accepter de prendre un risque, accepter d'être déçu, accepter d'écouter autre chose que ce pourquoi on se croit destiné, s'investir reste à mon sens la base de sa construction culturelle et même personnelle. Mais cette bonne vieille loi HADOPI est une trop bonne excuse pour occulter tous ces sujets...

11:54 Publié dans Le Défouloir | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : musique

Commentaires

Bien bon article.
C'est le vieux problème. Il faut toujours un coupable, là où il peut y en avoir plein.
L'internaute qui explique qu'il achète quand même les petits groupes pour les soutenir et que donc c'est bien alors que globalement il continue à acheter les coffrets des stars à 50 euros et puis c'est tout.
Les majors qui font passer leur aveuglement pour de l'aide à la création.
Les gros artistes qui mélangent défense de leur portefeuille et du droit d'auteur.
Et les mecs comme moi qui cherchent, commentent, tentent des trucs et se plantent une fois sur deux.
Bref, c'est pas gagné.

Écrit par : Valoche | 07/10/2009

Tu oublies le prix d'achat d'un CD neuf.
Il y a peu de temps, on condamnait les magazins de disques de vendre des disque 3 fois trop cher, que 25 € pour 50 minutes de musique, c'était un peu pousser mémé dans les orties.
Aujourd'hui, on n'a pas baissé les prix mais on s'est dissimulé derrière des coffret à peine plus touffus qu'un CD nu en boitier cristal. Cela justifie-t-il un tel prix dans la mesure où, celui qui est le plus méritant dans l'affaire - l'artiste - ne touche qu'une part infime, lui laissant que les concert pour faire son beurre. Pour certains, ça suffit, pour d'autre c'est vache maigre...
Peut-être simplement que le problème dans tout ça, c'est le prix de vente de ces CD.
Bien sûr, les irréductibles crétins pour qui un CD c'est 0 € ou rien, ils continueront quoi qu'il arrive à télécharger. Mais je suis certain qu'en modérant le prix de vente, cela marcherait mieux. Il faut de toute façon que les labels et les magazins se fassent à l'idée que la grande époque où ils s'en foutaient plein les poches est révolu.

Certains de leurs CD sont vendus 5 à 6 € sans perte. Pourquoi ne le sont-ils pas tous ?

Certains CD vendus 25 € le sont à 7 € 6 mois plus tard ?

Pourquoi, chez la plupart des disquaires, ne trouve-t-on plus que des best-of ?

Le téléchargement n'est finalement pas la conséquence que de la malhonneteté, mais aussi d'un ras le bol vis à vis des abus du côté de ces "intermédiaires"...

Écrit par : Ayah Gagöhn | 09/10/2009

Il est évident que la maisons de disques sont d'une malhonnêteté maladive... ^^ Mais je fais partie de ceux qui ne considèrent pas cela comme une excuse, même si bien sur tous les avis sont recevables.

Écrit par : disch | 14/10/2009

J'aime bien ton avis très nuancé. J'ai du mal à me situer dans de débat, mais ça serait certainement pas loin de ta position.

Écrit par : Boebis | 25/11/2009

Les commentaires sont fermés.