Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/06/2010

Le Hellfest, polémiques, guignolos et branquignols

na05_2004478_1_20070624_px_490__w_ouestfrance_.jpgTiens, et si je parlais d'un sujet et de personnes que je trouve tous absolument désespérants et démagos ? Avec l'âge, la misanthropie me guette, je m'énerve tout seul en entendant causer dans le poste, je me file des ulcères tout seul, ce n'est pas bon pour moi, je dois donc parler du Hellfest et du carnaval de réactions incongrues qu'il a engendré.

Donc ce festival metal a eu un grand succès public, mais a fait plus parler de lui pour avoir constitué le sujet d'une bataille fort intéressante entre les tenants de cette scène en France et les glorieux guignols catholiques de la bande à Christine Boutin qui se font un devoir de traduire les paroles de chansons que personne ne comprend sans avoir le texte sous les yeux. Trop habitués à prendre la Bible au pied de la lettre, ces catholiques ont fait de même avec les texte d'artistes volontairement dans l'exagération de bon aloi et la provocation gratuite. Le résultat est connu et risible: Eau bénite sur le site du festival, curés dans les allées et débats sans fond entre personnes ne représentant pas grand monde.

1. L'Eglise, c'est Boutin et Slayer, c'est le Diable.

boutin_hlm_logements_livret_a_reformes_crise.jpgCe qui me trouble le plus, c'est la facilité avec laquelle on arrive à faire l'amalgame entre trois extrémistes en soutane et toute une communauté, pas forcément sensible au growl ou adepte des mosh-pits, mais qui je pense est loin de constituer une horde hostile qui s'avance crucifix à la main au devant du premier metalleux arborant un T-Shirt à tête de mort. On assiste à des scènes bizarres, du genre curé qui se balade en prêchant sa bonne parole à qui l'on répond à coups de "Et alors, la pédophilie, ça marche bien ?". Bref, ce sont les extremistes des deux camps qui se donnent souvent le droit de parler au nom de tous les silencieux qui restent bien loin de querelles aussi stériles.

2. Le metal, c'est pour les rebelles de toutes façons.

Surfant sur la vague très porteuse de la révolte et sur le fait que s' opposer à des greluches comme la mère Boutin ne peut qu'être bien perçu par le bon peuple, certains adeptes versent dans le délire le plus total, et parlent du caractère violemment anti-conformiste de leur musique, du fait qu'elle est là pour choquer, enfin bref, aimer le metal ca serait aller contre le courant dominant. Argument certes valorisant, mais complètement faux. La scène metal est je pense l'une des plus rentables et conformistes qui soient. Je ne vois pas vraiment où est le risque qu'on prend quand on a la chance de pouvoir faire venir Alice Cooper ou KISS (qui font l'effort de se maquiller pour chaque concert depuis qu'ils ont compris que ca fait rentrer des ronds). D'ailleurs si ces vieilles ganaches continuent à tourner, c'est bien évidemment par amour de la musique. A moins que ça ne soit par amour de l'argent qu'ils peuvent continuer à amasser tranquillou à grand renfort de marchandising sans trop se remettre en question. Leur public est fidèle, leur public se mobilise, leur public paie pour les voir (et c'est tout à son honneur), les rebelles dont on nous parle sont plus un reflet de la population d'aujourd'hui (profs, ingénieurs, commerciaux... ) qu'un ramassis de smicards ou de métallurgistes dans la dêche qui seraient venus sur place en stop ou en braquant un bus de ramassage scolaire. Si Iron Maiden, AC/DC, Guns & Roses ou Rammstein sort un nouvel album demain, il sera numéro un des ventes après demain, et le style qui a une identité propre résiste plutôt correctement à une crise de l'industrie musicale qui détruit les idoles préfabriquées. Si là aussi, il convient d'éviter les généralités et s'il reste bien groupes de vrais routards qui enchainent les concerts par passion et sans trop de revenus, un regard plus objectif serait salutaire.

3. Salut, moi c'est Patoche, tu votes pour moi ?

roy.jpg

Evidemment, quand un homme juste un peu plus lucide que les autres politiques en vient à soutenir la scène metal à l'Assemblée Nationale, il devient la coqueluche du public. Ce soutien populaire inespéré, il serait bien dommage de ne pas en profiter. Allez, roulez jeunesse, Patrick Roy le metalleux de l'hémicycle enfile sa veste rouge et vient draguer l'enervé. Evidemment, puisque tout ce débat vire au combats de stéréotypes, il fait fureur. Roy seul contre la politique, Boutin qui ne représente pas l'Eglise d'aujourd'hui, et des metalleux qui s'imaginent en rebelles qu'ils ne sont plus... Mélangez le tout, secouez bien, et voici, notre pathétique débat fort bien relayé dans les médias... Autre grand sujet...

4. Et sinon le metal, c'est bien ?

Je ne suis pas spécialiste du genre. J'écoute certaines choses, en apprécie aussi beaucoup, mais je n'ai pas une approche globale du genre qui multiplie les niches et sous-niches. Au milieu des choses qui me plaisent, je vous parlerais donc de Hacride, un groupe de petits gars de chez moi, et Car Bomb, un groupe de déglingos bien énervés.

Hacride - Zambra (2007)
podcast

Car Bomb -Pieces of You (2007)
podcast

 

 

Les commentaires sont fermés.