Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/08/2012

Snus "Can't Stop Snusing", Transatlantic "BassX3" - Faites du Freeeeee !

76034505_p.jpg

Des scies, des plaintes, des tours et des bruits. Un trompettiste moitié-fou moitié-yougoslave, qui s'enfuit d'une ville qui s’effondre sur elle-même. Un signal en morse qui se perd dans la brume, une note qui s'éternise, se répète et à la fin des tourments. Autant d'images qui se télescopent lors de la découverte de Can't Stop Snusing, disque témoin d'un jazz étrange et stimulant, qui tient en équilibre entre une maîtrise instrumentale indéniable et la volonté farouche d'outrepasser cette dernière.

La question est posée, brute, inquiétante : Quel autre avenir reste-t-il aux virtuoses de la technique, aux instrumentistes rigoureux si ce n'est celui si indécis du saut dans le vide ? Aussi surement que l'ordinateur a battu Kasparov, un jour viendra où il pourra bluffer les oreilles les plus averties, finaliser les compositions les plus ahurissantes et reproduire les rythmes ancestraux les plus diaboliques aussi facilement qu'il gère notre dernière partie de démineur.

Believing
podcast

A l'écoute de ce morceau, les instruments se changent en outils. Ils chuintent, ils cassent, ils frottent. Là où l'on attend la mélodie, la danse, le soutien, on trouve le vide, le vertige, le bruit. Mais la musique reste là. A l'heure où le progrès offre l'infini des sonorités au bidouilleur doué devant son laptop (et les authentiques artistes du genre ne manquent pas), ces trois mecs choisissent l'option la plus radicale, ils puisent au fond de leur connaissance, de leur expérience, de leur noble art pour ce voyage. Car même lorsqu'ils font du bruit, ils restent viscéralement instrumentistes. La trompette (Niklas Barnö), la contrebasse (Joel Grip) et la batterie (Didier Lasserre) se sont incrustées dans chacune de leur note, de leurs intentions. Qu'il souffle, gratte ou crie, Grip reste contrebassiste, un musicien qui a digéré son instrument, au point que sa musique même la plus libre et extrême sente toujours le vieux bois, les cordes usées et la sueur. Et c'est au coeur de ces étranges et stimulants paradoxes que se trouvent certainement le salut des musiques, qui seront libres et courageuses ou qui ne seront pas...

5024792062522.jpg

Et comme un bonheur n'arrive jamais seul, je vous offre même un autre morceau prodigieux de la même trempe. Un autre trio, Transatlantic, pour une expérience aussi tellurique que musicale. Clarinettes et contrebasse transformées en engins de chantiers, frottées, piquées. Elles déambulent, se perdent, et retrouvent comme par magie leur sensualité, en un éclair et quelques notes orientales... Sublime.

The Epic
podcast

 

NB: Evidemment, l'ironie fait qu'un autre groupe nommé également Transatlantic, offre une musique à l'exact opposé ce celle-ci, pensée dans ses moindres recoins jusqu'à l'excès. Quel monde immense et merveilleux que celui de la musique !

 

 

 

Les commentaires sont fermés.