Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/12/2015

Gerard Marais & Joseph Dejean "Duo" - La ligue des guitaristes extraordinairement méconnus

dm.jpgLa chine de disques a ceci de fascinant qu'elle vous permet d'accéder directement au travail de musiciens dont vous ignoriez tout, ou presque, un quart d'heure auparavant. Prenez Joseph Dejean: qui aujourd'hui se souvient de ce guitariste, pourtant lauréat du prix Django Reinhardt, et membre du Cohelmec Ensemble, orchestre ambitieux de musique improvisée du début des années 70 ? De même, qui, même parmi les plus mélomanes d'entre nous connait véritablement Gérard Marais, qui a également participé au sein du mythique Dharma Quintet à l'émancipation du jazz hexagonal ? Le temps oublie de trop nombreux talents qui ont souvent juste eu le tort de ne rien faire d'autre que l'excellente musique. A l'heure des grands classements, et de ceux qui se plaisent à réécrire en direct l'histoire de la musique, un peu de curiosité permet de redécouvrir avec une oreille neuve et attentive ces centaines de disques confidentiels.

Ces deux guitaristes ont ainsi enregistré en 1975, et peu de temps avant la disparition tragique de Joseph Dejean, un album ensemble. DUO à moitié réalisé en studio, où l'ambiance est feutrée, la musique plus écrite et la virtuosité maîtrisée comme avec le superbe Kimi Clio, et à moitié pris sur le vif en public, avec une ambiance plus incertaine, des distorsions malsaines, des mélodies noyées dans la masse. Inclassable, éparpillé, cet album vous pose devant les mêmes interrogations qu'il y a quarante ans. Il pousse des portes qui s'entrouvraient sur des univers fascinants qui auraient mérités d'être explorés plus avant.

Kimi Clio

Naturam 2

Improvisation, duel /duo tout en impressions et textures étranges

 

Et puis tout se termine, Marais et Dejean se taisent et vous laissent avec vos questions, avec ce disque, un peu génial, un peu bancal, un peu jazz et un peu rien qui se suffit néanmoins à lui-même. Et au terme de ce voyage, apparaissent en filigrane d'autres guitaristes atypiques qui n'auront qu'effleuré la reconnaissance de leur talent singulier comme Philippe Deschepper ou Raymond Boni, qui eux aussi seront de nouveau à l'honneur quand la saine curiosité du chercheur de sons se penchera sur leur musique.

Pour les curieux: Le site de Gérard Marais

Les commentaires sont fermés.