Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/01/2016

Stephan Micus - "Implosions" & "The Garden of Mirrors"

the-garden-of-mirrors1.jpgimplosions.jpgStephan Micus s'est pas un virtuose, n'a pas révolutionné et ne révolutionnera jamais la musique. Il se contente de jouer des instruments du monde entier qu'il ramène avec lui, en se multipliant pour se muer en un orchestre à lui tout seul. Au cœur des livrets des disques qu'il a enregistré il détaille d'ailleurs ces objets bizarres, combien il en utilise et d'où ils proviennent, mode d'emploi pour auditeur curieux en manque de voyage.

Si les superpositions des airs rendent sa musique épaisse et parfois compliquée, elle n'est en revanche jamais complexe. C'est cette simplicité, presque sa naïveté dans son approche artistique qui en fait à la fois sa grande force et son plus grand tort auprès des puristes de l'audace et de l'extravagance. L'allemand s'est enfermé lui-même dans cette sorte de New Age de qualité supérieure qui n'atteindra probablement jamais tous ceux qui pourraient l'apprécier. A l'art absolu et ambitieux, Stephan Micus a préféré l'artisanat honnête, méticuleux et humble. Il précise d'ailleurs au recto d'Implosions son deuxième album datant de 1977

La musique ce cet album n'est pas japonaise, indienne, afghane ou bavaroise - Il ne s'agit pas de musique traditionnelle- [...] Mais il contient le désir sincère de comprendre les racines de ces cultures.

S'il cultive son amour pour les accords aériens et les résonances multiples en privilégiant souvent les instruments à cordes tels le sitar indien où le zither bavarois qui emplissent l'espace de leurs harmoniques, il sait aussi jouer des mélodies plus essentielles, notamment grâce au Shakuhachi. Là encore son jeu n'a rien de la transcendance ancestrale japonaise des grands maîtres, mais son rapport direct avec l'instrument et ses capacités lui permet d'en tirer le meilleur parti pour ses compositions. Et parfois, la magie opère au point de vraiment devenir captivante, comme avec la vingtaine de minutes aux reflets folk de guitare et au chant profond de As I Crossed a Bridge of Dreams  (Implosions), où l'émouvante polyphonie de Earth (The Garden of Mirrors). Alors on se laisse aller à un plaisir ni honteux ni ridicule, on profite de la musique comme on admire un coucher de soleil, en se contentant de s'émerveiller.

Earth

As I Crossed a Bridge of Dream

Et pour finir avec une petite note d'humour, ce commentaire trouvé sur YouTube sans doute encore mieux l'art de Stephan Micus, l'homme qui nous permet enfin d'écouter de l' Ambient sans rougir.

 Un jour au début des années 1980, j'ai vu Stephan en concert. La musique était tellement relaxante que je me suis endormi au milieu du concert et je me suis réveillé à la fin quand le public applaudissait. Mais je n'ai aucun regret, je pense que j'ai expérimenté une autre façon de profiter de la musique. Je n'ai pas eu l'impression de manquer une seule note.

 

 

Les commentaires sont fermés.