Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/06/2008

Vincent Courtois - Ze Jam Afane "L'homme avion" electric-slam afroland

1312495254.jpgCa se bouscule au portillon. Après quelques semaines de semi-coma, les disques magiques semblent pulluler !

Et au rayon inclassable génial, on retrouve presque sans surprise nos amis de chez Chief Inspector qui mettent une fois de plus l'adage "Si c'est bon, on le sort" en pratique. Parce que ce disque ne ressemble à aucun autre. Il est le fruit d'une longue collaboration entre un conteur slammeur chanteur camerounais Ze Jam Afane et un violoncelliste virtuose Vincent Courtois, déjà entendu aux côtés de Louis Sclavis ou Yves Robert.

Ici, tout est enregistré sous le signe de la fluidité, les musiciens se mettent au service de la voix de Ze Jam, qui lui tout en rythme et en espoir chante et parle avec une voix pleine de musique. Les rêves perdus des Africains révant d'Europe (L' homme avion), les rêves brisés des Africains rêvant d' Afrique (L' arbre Lumumba) se croisent. Les griots, les contes pleins d'animaux se heurtent au béton de nos cités. Les cultures s'embrassent et on prend un plaisir presque gêné quand on écoute tant de malheur et de fatalité conté avec tant de talent.

Le disque sort début juin, montrez votre interet ! 

 

L'arbre Lumumba Ce morceau résume d'Afrique d'aujourd'hui, et comme par magie, il n'est même pas triste.


podcast
 

L'homme avion A quoi rêvent parfois les Africains en se croyant chez nous ? Beau et juste


podcast


Echelle de facilité d'écoute

Rythme 3/5: Rien de trop repoussant..

Mélodie 3/5: Entre accompagnement et comptines divines 

Longueur des morceaux 4/5: 42 minutes et tout est dit

Passerelle vers Slam, musique Africaine, jazz, Chief Inspector.... 

 

 

 

 

31/05/2008

Black Ox Orkestar "Nisht Azoy" Le post-klezmer arrive

1698577321.jpgCertains disques semblent issus des amours incestueuses de deux styles musicaux. Pour le Black Ox Orkestar, groupe issu de l'écurie canadienne qui va de l'avant Constellation Records, on a clairement l'impression que les voisins de Godspeed You! Black Emperor ont un peu fricoté avec John Zorn et tous ses livres d'airs juifs distillés en dizaines de projets différents. L'âme, la mélancolie, l'abnégation de ce peuple se retrouve aussi donc sur cet album qui mêle avec délice l'hypnose du post-rock au recueillement de la musique traditionnelle. Doucement, l'émotion monte, il n'est pas question de technique. Plutôt que de faire monter la puissance sonore au fil du morceau, ce Black Ox Orkestar joue sur un autre registre, ce sont les larmes que l'on sent tout doucement arriver au bord de nos paupières. Joie, tristesse, résignation ? Un peu de tout celà, laissons tout celà nous emporter et partons...

 

Bukharian
podcast

Ikh Ken Tsvey Zayn
podcast
 

Echelle de facilité d'écoute

Mélodies 4/5: Elles se déroulent sans à-coups

Rythme 3/5: Souvent assez lent, mais toujours simples

Longueur des morceaux 4/5: Pour du post-rock, ca reste raisonnable... 

Passerelle vers Constellation Records, post-rock, Musique juive... 

12/04/2008

Melingo "Maldito Tango" Tango Crado, Tango Bravo !

1633378313.jpgCe n'est pas dans la forme que le dernier album de Melingo est sale, c'est dans le fond. Car même si le chanteur argentin se compromet un peu avec quelques sonorités qui ne sonneraient pas très agréablement aux oreilles de Carlos Gardel, c'est surtout dans le fond de lui même qu'il va chercher de quoi rendre ce disque passionnant.

Montrant avec obscénité ce qui lui donne la force de se mettre à nu, Melingo joue avec ses cordes vocales comme d'autres jouent avec des armes à feu. Tellement démonstratif qu'on en vient à être géné de l'écouter simplement assis dans son fauteuil, sa démarche rappelle Peter Hammill, autre fou chantant de livrant entièrement à la musique. La musique de Melingo, elle n' a pas besoin d'être décrite. Elle puise sa force dans les racines du tango, dans le regard plein de défi, dans cette transe sexuelle et animale qui semble parfois commander aux adeptes de cette religion singulière.

 Cha digo!
podcast

Echelle de facilité d'écoute

Mélodies 4/5: Le tango c'est beau

Rythme 3/5: C'est du tango

Longueur des morceaux 3/5: Juste un playdoyer de 12 minutes un peu plus long (et superbe) pour finir.

Passerelle vers tango, world-music 

 

25/02/2008

Pachacamac "Contrastes" Barbes, Pattes d'élephants, Bonnets péruviens

521409135.jpgJe suis comme vous, quand je croise dans un quelconque centre-ville un groupe de sud-américains qui essaient de m'extorquer 15 cts d'euros en jouant El Condor Pasa, Guantanamera ou La Cafégringoyala, j'ai envie de leurs faire bouffer leurs bonnets et leurs flûtes.

C'est pourquoi, quand je vous dis que ce disque qui a inauguré il y a a quelques années mes bonnes découvertes de dépot-vente vaut le détour, je pense que vous pouvez me croire.  Guitares, kena, charangos et autres instruments divers sont ici mis à disposition de quatre chevelus français qui mélangent les sonorités des Andes avec une conception plus européenne de la musique. Rythmes traditionnels et mélodies directes, et même parfois des bons gros passages au bombo presque technoïsants s'affrontent dans une douce harmonie. Je dis oui ! (En revanche, si vous aussi vous aimez, faudra vous accrocher pour trouver le disque, je ne pense pas qu'il ait été réédité en CD...)

 

 

Roquito
podcast



Ecarlate (j'adore ce gros son de bombo ^^)

podcast



 

Echelle de facilité d'écoute 

 

Rythme 3/5: De quoi se familiariser avec les Andes

Mélodies 5/5: Ca se retient tout seul

Longueur des morceaux 5/5: 12 morceaux en 32 minutes ! Vive le vinyl !

Passerelle vers: Musique Sud-Américaine, flûte, guitare 

 

03/02/2008

Lambarena / Bach to Africa - Jean-Sebastien, arrête de jouer avec ces étranges instruments !

4270fcd1c76b1e31b74725a199ec0197.jpgParfois, on a l'impression d'avoir acheté des disques trop tôt. Ils nous déçoivent et ce n'est que quelques années après que l'on comprend les trésors que l'on possède.

Il y a une donc dizaine d'années, j'étais jeune fou, jeune, beau, et intelligent et j'achetais déjà les disques au feeling mais j'étais un peu déçu par ce disque stupéfiant ou se superposent les oeuvres de JS Bach avec les ambiances percussives et tribales de l'Afrique. Je ne connaissais ni Pierre Akendengue ni Nana Vasconcelos qui font pourtant des petits miracles sur certaines adaptations d'air africains. Les chants européens, tout innocents et plein d'une harmonie mathématique se confrontent à la nature imprévisible, luxuriante, mais accueillante.

Le Dr Schweitzer à qui ce disque est dédié aurait probablement aussi apprécié.

 

Herr, Unser Herrscher
podcast