Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/03/2006

Ali Farka Toure - Ry Cooder "Talking Timbuktu"

Il ne m' arrive pas souvent de pleurer, et pourtant, lorsque j' ai appris il y a un peu moins d' une semaine la mort de Ali Farka Toure, l' immense chanteur-guitariste malien, j' avais les yeux bien mouillés.

Sa musique est d' une sincérité immense, la maitrise implacable qui l' accompagne la rend facile à écouter et on a souvent l' impression qu' elle est également facile à jouer. Ce CD rend hommage à cette douce virtuosité... Lignes mélodiques aux effluves de blues répétées sans lassitude, percussions discrètes, chants profonds, interventions de Ry Cooder à la slide guitar inspirées. Tout y est. Ecouter ce disque aujourd' hui rend encore plus nostalgique. Le temps est suspendu, les morceaux s' éternisent en une douce suite de comptines hypnotiques.. On se voit descendant le fleuve Niger sur une pinasse, on s' imagine, une heure durant vivre au rythme Africain.

Cet album avec Ry Cooder, guitariste voyageur et proteiforme s' il en est a ouvert les portes de la reconnaissance internationale à Ali Farka Toure, qui sera auréolé par la suite de plusieurs Grammy Awards. Si vous êtes prets à vous laisser porter par sa grace, n' hésitez pas, en récompense vous aurez droit à la fin à Diaraby "Ma chérie", l' une des plus belles berceuses-chanson d' amour qu' il m' ait été donné d' entendre....

Echelle de facilité d' écoute

Rythme 5/5: un motif, une idée, une chanson.

mélodies 4/5: idem, la guitare de Cooder survole le tout

Longueur des morceaux 2/5: Souvent entre 6 et 9 minutes, mais quand on se laisse porter on trouve çà trop court..

Paroles: Bambara, Peul... Je ne comprend rien mais je suis sur que c' est vrai.. un petit mot explicatif pour chaque piste dans le livret

Passerelle vers blues, world music et "gobe music"

11/03/2006

Disque N°3 Teyssot-Gay / Aljaramani "Interzone"

Ce disque est un bijou, et chose rare, si il est d' une ambition musicale élevée, il s' écoute sans difficultés, même pour les néophytes.

Pour résumer, Teyssot-Gay est le guitariste de Noir Désir et AlJaramani un joueur d' oud Syrien (l' oud étant le luth oriental, l' instrument à corde emblématique de la région). Ici les 2 hommes jouent ensemble mais chacun dans leur registre à savoir gros rock pour le français et lignes mélodiques précises pour son acolyte. Etant donné que presque tous les morceaux sont basés sur une même phrase musicale qui est répétée presqu' inlassablement, on est vite transporté par cette musique très originale puisqu' à l' exacte milieu des univers des 2 hommes. Il y a quelques plages un peu plus longues, mais elles ne sont pas moins sublimes... Foncez ! Ce disque est un fabuleux tremplin pour découvrir d' autres musiques sans se casser les dents..

Echelle de facilité d' écoute :

rythme 2/5: quelques variations originales (mesures à 7 temps..) qui restent peu génantes à l' écoute, même pour un non initié... Idéal je vous dis !

mélodies 4/5: motifs courts, accessible, on se surprend souvent à les avoir qui trainent dans la tête

longueur des morceaux 3/5: c' est le format "chanson", sauf pour 2 pistes qui ne sont pas moins bonnes pour autant

paroles : de jolis choeurs virils ou des chants très aériens, mais qui participent surtout à la musique

Passerelle vers: rock indépendant, world music