Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/06/2007

Tumi and the Volume - A fond le volume, à fond !!

fb72ff2c7c093390474d0674ca40e4f6.jpgAvez-vous déjà été pétrifié d' admiration à la découverte d' un album. D' un morceau sur l' autre, vous dire, "Mais c' est pas vrai, ils savent aussi faire çà ?"

Et bien c' est ce que j' expérimente ce jour avec le disque des rappeurs / grooveurs / slammeurs / enchanteurs Sud-Africains de Tumi and the Volume (aucune mention inutile à rayer ^^). Ca part dans tous les sens en restant toujours parfait. Du hip-hop sans boite à  rythme, propulsé par un flow de rêve aux excursions plus soul portés par des voix chaudes  comme une après en bord de mer pour finir par une réinterprétation adaptation de 12 minutes ensoleillée de Light my fire des Doors, rien n' est médiocre, rien n' est ordinaire dans ce disque. Derrière leur poête leader Tumi Molekane, épris aussi bien de jazz que d' afro-beat, cette formation nous emmêne bien haut ! Un grand coup de foudre...

 

Signs 

podcast

 

Afrique (Fela is not dead !!)

podcast
 

 These Women (attention 12 minutes inside !) 

podcast

 

 

Echelle de facilité d' écoute

Rythmes: 4/5: entrainants oui !

Mélodies 3/5: Plutôt une question d' ambiance

Longueur des morceaux: Mis à part le poavé de la fin, tout est bien calibré 17 morceau en 67 minutes !

Passerelle vers hip-hop, world music 

 

 

 

 

07/04/2007

Betty Davis "This is it" Une lionne en chaleur dans les 70's.

medium_betty.jpgBetty Davis a été une des nombreuses compagnes de Miles Davis. Mis à part le fait qu' elle voulait voir son homme prendre un virage artistique résolument plus rock et qu' elle l' a convaincu que les pantalons en peau de serpent lui allaient à ravir, Bette Davis a également commis trois bombes de funk hypersexuel au coeur des années 70.

Au bout de trente secondes, on est catapulté dans une discothèque humide et pleine de d' hormones, assailli par des tigresses métisses en T-shirts trop petits. Ce n' est plus seulement de la musique, c' est aussi l' appel de la nature et de nos sens, c' est le brâme du cerf...

Cette compilation ne connait pas de temps mort. J' ai choisi

Funk


podcast  

This is it


podcast
 

 

Echelle de facilité d' écoute

Rythme 5/5: Funkadelic n' aurait pas fait mieux. Groove groove groove

mélodies 3/5: Pas trop recherchées mais orgasmiques au possible, quelle voix !

Longueur des morceaux 4/5: On va à l' essentiel, 19 bombes dans le CD !

Passerelle vers black music, funk, Miles Davis 

 

 

19/06/2006

Sergio Mendes "Timeless", l' hymne de la coupe du monde

medium_0013431231523.2.gifEncore une petite arrivée en retard, ce disque n' a vraisemblablement pas besoin de mes recommandations étant donné qu' il a été plébiscité dans l' émission de Laurent Ruquier, qui aux dernières nouvelles a une audience un poil supérieure à ce blog.

Sergio Mendes c' est le dandy de la musique brésilienne, apôtre d' une musique festive et simple, loin des théoriciens de la bossa-nova que pouvaient être les néanmoins géniaux Joao Gilberto ou Antonio Carlos Jobim. Un de ces plus fervents admirateurs, le rappeur will.i.am des Black Eyed Peas a décidé de lui rendre hommage en mitonnant cet album plein de samples, de breaks, d' invités prestigieux (Dis Stevie Wonder, ca te dit de venir jouer de l' harmonica sur du Baden Powell ?) et de joie de vivre. Le bon Sergio Mendes n' allait pas laisser passer l' occasion de revenir sur le devant de la scène. Le résultat, une bande annonce pour l' équipe de footchebol qui arrive au mondial. Soleil, jeunesse et apéro sucré au programme. Ramenez les chicas, il va faire chaud dans les caleçons..

Mas que nada, incontournable 


podcast


Berimbau / Consolacao, un thême inoubliable


podcast

Echelle de facilité d' écoute

Rythme 4/5: Rythme chaloupés ou riddim de ouf comme on dit.....dans les West Indies ! 

Mélodies 5/5: C' est bon, c' est doux, ca se sussure à l' oreille....

Longueur des morceaux 4/5: rien à dire

Paroles....Mi anglais mi brazil...

Passerelle vers world-music, hip-hop 

22/04/2006

Massive Attack "Blue Lines" Trip-hop année Zéro

Ce disque a déjà quinze ans... A l' écouter, on ne croirait pas. Indubitablement en avance sur tout ce qu' il se faisait musicalement à l' époque, ce mélange de soul, de hip-hop, de samples hallucinants (dont la fabuleuse ligne de basse de Stratus de Billy Cobham qui ouvre le disque) et d' électronique n' a pas pris une ride. Les voix sont sublimes (ah, Horace Andy...), et Tricky est déjà énorme.

Après ce chef d' oeuvre et la venue d' autres groupes comme Portishead ou Morcheeba, on pensait le trip-hop fait pour régner sur la musique de cette fin de millénaire. Malheureusement, la relève se fait un peu attendre... Si vous connaissez d' autres bombes à la hauteur de ce disque, n' hésitez pas à me les faire connaitre...

Unfinished sympathy (pour moi LE morceau de Massive Attack)


podcast

Echelle de facilité d' écoute

rythme 4/5: assénés par des lignes de basse de oufs comme dirait Kamel du Loft 2...

mélodies 3/5: Ce n' est pas le meilleur, mais çà vaut le détour néanmoins...

longueur des morceaux 4/5: 9 chansons mythiques pour ce disque sans faiblesse. On ne voit pas le temps passer

Paroles: Vous aurez compris que je ne suis pas un grand expert de la traduction...

Passerelle vers soul, électro, trip-hop...

19/04/2006

Gil Scott-Heron "Pieces of a man" Le surdoué de la musique black

Gil Scott-Heron a une petite particularité, celle d' avoir mené de front deux carrières, celle d' écrivain avec un roman noir remarquable "Le vautour", et celle de chantre soul-funk-jazz, qui est quand-même la raison pour laquelle il est le plus reconnu.

Et ce disque n' y est peut-être pas pour rien puisqu' il représente un condensé de musique noire américaine stupéfiant, toujours entre le jazz et la soul. La voix chaude de Gil Scott-Heron est étonnante et envoie très haut dans le cosmos l' auditeur dès le premier morceau "The Revolution will not be televised", slam rageur propulsé par une rythmique de feu. La suite est une succession de superbes chansons où l' on peut retenir "Lady Day and John Coltrane" et "When you are who you are", mais le disque prime surtout par la cohérence du tout qui se termine par une émouvante complainte de neuf minutes:"The prisoner".

Puisqu' il n' est jamais mauvais de lire un peu, je vous recommande aussi son roman en l' écoutant, on y retrouve la même atmosphère sulfureuse et l' ambiance des années 70's au sein de la communauté noire est très bien rendue...
Au niveau écoutes:

The Revolution will not be televised


podcast

When you are who you are


podcast

échelle de facilité d' écoute

rythme 4/5: le premier morceau donne le ton...

mélodies 4/5: jolies, et surtout très bien portées par la voix de Gil Scott-Heron

Longueur des morceaux 4/5: Seul le dernier titre pourrait sembler un peu long...mais il n' en est rien !

paroles plutot très bonnes, à l' image de son talent d' écrivain..

Passerelle vers black music, soul, jazz