Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/05/2007

Dominique A "L' horizon", William Sheller "Le Capitaine", deux chansons de marins qui voguent bien

56307890d7ee44189f13cfca5a0449bb.jpgA force d' acheter trop de disques, on en oublie de bien les écouter. C' est ce qui m'est arrivé récemment avec L' Horizon, dernier disque de Dominique A dont j' ai déjà dit tout le bien possible, un des seuls à surnager dans la chanson française. Ici, c' est du Dominique puissance 10, cohérence de la musique qui tourne presque au post-rock vers la fin, voix impeccable, et paroles étranges mystiques et poétiques. Une petite nouvelle nouvelle en sept minutes, où il n' est bizarrement pas question du dernier horoscope de Biba.

Dominique A - L' Horizon - extrait de l' album "L' horizon

 
podcast

 

 

5b833cacc26985380b3de6e3d383363c.jpgEt à être transporté ainsi par le rythme des vagues, j' ai repensé à une de mes chansons préférées de William Sheller, un des derniers surnageants de la chanson lui aussi... Le capitaine... Ici en version en public au théâtre des Champs-Elysées. L' orchestre donne la pulsation au vaisseau imaginaire qui part on ne sait vers où... J' adore.. 

William Sheller Live au Théâtre des champs-Elysées - Le capitaine 


podcast
 

05/05/2007

Tachan, Castelhemis, Bertin.. Les vieux chanteurs français, ils étaient pas mauvais

Dans la série vous vous en foutez, j' entretiens depuis quelques années une collection de disque vinyls. Comme j' ai la manie d' acheter à peu près tous les disques dont j' ai vaguement entendu parler et encore plus ce qui ne me disent rien, j' en ai maintenant beaucoup plus que je ne pourrais jamais écouter. C' est ballot, mais l' avantage c' est qu' en piochant au hasard, on tombe sur des trucs vraiment pas mal. Et en ce moment, c' est la chanson française des années 70 qui me surprend agréablement....

Les principales caractéristiques à l' écoute, sont que:

  • Les chanteurs d' alors savaient chanter.
  • Les textes, mêmes non politisés étaient toujours engagés, ou du moins engageants.  

Et voici donc comment je me retrouve à écouter des disques d' Henri Tachan ou de Jacques Bertin et que je me dis que décidément, niveau musique, les années 70, c' était vraiment bien...

medium_thumb_74.gifHenri Tachan - Pas d' enfant

J' aime bien les paroles, j' aime bien la voix et j' aime bien le petit passage synthétique qui fait un peu générique des Mystérieuses Cités d' Or, mais probablement parce que c' est irrémédiablement kitsch... 


podcast

 

medium_219631-280092.jpgJacques Bertin - Des mains

C' est juste de la bonne chanson française... Ca fait tout drôle de passer à Benabar après


podcast

 

 

medium_mots.jpg Castelhemis - Sa vie à dormir

Enjoué, tonique, joliment acoustique. Un beau morceau d' un ananar qui n' a pas persisté bien longtemps. Ou alors c' était Pierre Vassiliu qui tentait une carrière parallèle sous pseudonyme (ressemblance étonnante)..


podcast
 

 

27/03/2007

Peter Hammill "Over" - Van der Graaf Generator "Still life", du bel canto dans le progressif

medium_over.jpg Encore une pochette d' album dont je me lasse pas, la mélancolie matinale qui s' échappe de cette photo fait toujours effet. Et l' homme triste qui nous interpelle est bien Peter Hammill, le chanteur à la fois le plus adulé et le moins reconnu du grand public. Adulé au point que certains chroniqueurs énamourés ne s' embarrassent plus de parler de sa musique: Ils racontent deux trois anecdotes variablement inintéressantes, s' interrogent "Mais Peter qu' arrivera-t-il quand tu sortiras un mauvais disque ?" puis sanctionnent le tout d' un 10/10...

Pour ceux qui ont loupé les épisodes précédents, il est bon de rappeller que Peter Hammill est un peu le pendant maudit du Peter Gabriel  période Genesis. Doté d' une voix magique qu' il n' hésite pas à maltraiter, son oeuvre n' est que lyrisme et hargne, le tout enrobé dans le superbe écrin dit "progressif" de la musique des années 70: Des morceaux longs, des passages instrumentaux ambitieux, de la liberté quoi...

Tout celà est bien résumé dans ce beau Time Heals


podcast
 

 

medium_vdg.jpgLa formation au sein duquel Hammill évolue hors de ses albums solo, Van der Graaf Generator (qui contrairement à ce que ce titre ridicule pourrait laisser entendre est bien un groupe de rock et non un groupe electrogène) garde les mêmes idées directrices, en ayant en plus la particularité de préférer de beaucoup les solos de saxophone à ceux de guitare. A quelques premiers albums sublimes mais difficile d' accès succèdérent les véritables bijoux que sont Godbluff et Still Life dont est extrait l' inamovible Pilgrims.


podcast
 

 

24/02/2007

Nick Drake "Five Leaves left" Beau à en mourir

medium_B00000064E.01._AA240_SCLZZZZZZZ_.jpgNick Drake est le pendant de Jeff Buckley des années 70, une météore que l' on a peine eu le temps d' admirer, un jeune homme aussi fragile que génial qui a cherché en vain dans la musique un moyen de sortir des profondes névroses qui le hantaient. 

Avec cet album, véritable oraison funêbre pour orchestre à cordes, guitare folk et voix désespérée, Nick Drake touche au sublime en toute simplicité. Certains disent que posséder ce disque devrait être obligatoire, j' approuve, mais écouter cette voix au sortir d' une rupture amoureuse ou en plein deuil me semble dangereux et l' on pourrait bien être tenté de rejoindre l' impénétrable Nick au ciel après avoir suivi le même chemin pavé de trop de médicaments...


River man 


podcast

 

 

Way to Blue - Une des perfections de la musique du 20e siècle

 

 podcast

 

 

Echelle de facilité d'écoute

Rythme 4/5: C' est simple c' est beau

Mélodies 5/5: A en pleurer

longueur des morceaux 4/5: Trop court, aucune seeconde superflue

Passerelle vers folk, chanson 

 

23/01/2007

Dominique A "Auguri"

medium_742413.jpgDominique A jure un peu dans la chanson française d' aujourd' hui. D' abord, il sait chanter, sa voix est posée et claire, pas comme certains (je vous laisse deviner qui), et niveau musical, il va un peu au delà des harmonies de fanfare municipale qui font la fortune de bien de ces condisciples...

En plus, quand il chante, il ne raconte pas ses derniers rateaux en boîte de nuit ou la solitude des femmes d' aujourd' hui et s' astreint à une rigueur et une exigence plus littéraire. Le résultat ne s' est évidemment pas fait attendre, il est bien évidemment quasiment inconnu du grand public. 

Pourtant, en écoutant Auguri, on ne peut que tomber sous le charme de ces histoires définitivement trop peu commerciales. Pour la peau raconte à merveille une petite histoire d' adultère avec toute la rage et la honte qui vient avec, En secret nous laisse face à la violence conjugale sans nous obliger à prendre partie et Antonia nous ravit avec un jeu de guitare aussi rugueux qu' efficace.

Halte à la chanson à bretelle ! Oui à Dominique A ! 

Pour la peau

Ton sang paisible enfin, paisible lui au moins ! c' est bon çà ! 

 
podcast

Je t' ai toujours aimée


podcast


Echelle de facilité d' écoute

Rythme 4/5: Pas de fantaisie

Mélodies 3/5: Assez introspectives parfois, mais si charmantes

Longueur des morceaux 4/5: Pas plus de 5 minutes

Les paroles donnent une vraie plus-value à ce disque !

Passerelle vers chanson française