Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/09/2008

Deutsch Amerikanische Freundschaft "Für Immer" Das ist sehr Gut !

B00000FY8A.01.MZZZZZZZ.jpgCeux qui ignorent tout de ma vie (et ils ont bien raison), ignorent aussi que j'ai une sérieuse tendance à courir les vide-greniers pendant les week-end d'été. Plus que pour l'hypothétique trésor caché sur lequel je ne cracherais néanmoins évidemment pas, c'est pour la découverte musicale permanente que celà procure que je suis littéralement accro. Le bonheur de trouver des sonorités inconnues, pour un euro, ca vaut toujours le déplacement. Alors des fois, il est vrai qu'on tombe de haut, on se retrouve avec des vieilles merde de metal des années 80 avec permanente obligatoire, des resucées horribles de tubes déjà pitoyables et d'autres...

Et puis, souvent, on tombe sur des personnes qui revendent simplement leurs disques "parce qu'on ne les écoute plus" ou "on n'a plus la machine". En tout cas souvent l'occasion de parler avec eux, comme ce couple dont Monsieur avait travaillé 15 ans en Allemagne... il en a ramené des disques, un peu de Cure et d'autres choses... L'autre chose c'est ce disque de Deutsch Amerikanische Freundschaft. Pour un groupe de la fin des seventies, on peut dire qu'au moins, ils avaient le sens de l'humour, parce "Amitié Franco-Allemande", je crois pas que ça aurait fait rire grand monde chez nous à l'époque... Donc, c'est du teuton pur jus, c'est du béton, y'a des relents punks et bruitistes et j'adore ce disque, ou du moins, ce morceau que j'ai écouté moult fois depuis hier !

Un petit partage s'imposait donc (excusez la qualité du morceau... il faudrait que je revois un peu mon installation...)

Deutsch Amerikanische Freundschaft / Ein Bisschen Krieg


podcast

Rendez-vous bientôt pour de nouvelles aventures...

 

19/09/2008

Jannick Top "Infernal Machina" La Zheul vit encore, je l'ai entendue

3503_19387.jpgAh, ça fait longtemps que l'on attendait celà, un disque de pur Zheul par un des musicien qui a le plus déménagé la couenne de l'institution Vanderienne. Jannick Top, le bassiste au look de tueur à gages ukrainien qui avait déjà dynamité avec De Futura dans les années 70 la scène rock française au sein de Magma revient. Avec cet album d'une densité et d'une cohérence impressionnantes, il donne une nouvelle voie à un courant musical qui avait peut-être un peu trop tendance à ne se reposer que sur un seul homme ces derniers temps. Sans rien renier de ses racines, mais en créant une mythologie singulière avec des voix venues de l'Est envoutante et une rythmique plus que jamais en granit, l'ex-bassiste de France Gall et de bien d'autres frappe fort. Entrainant dans sa course folle bon nombre de musiciens d'exception dont, il offre un nouvel opus (ah, ah, j'y crois pas, j'ai écrit opus, l'expression maudite du chroniqueur musical ^^) à la légende de la Zheul. Le genre de disque qu'on révait sans y croire.

 

Part VI - Je scotche sur un solo de guitare tous les deux ans, le précédent, c'était celui de Nels Cline avec Wilco sur Impossible Germany... Là, il y a tout, un climax, une éruption finale, le bonheur....


podcast

 

Voilà, ca fait du bien non... Ah et j'essaierais de rentabiliser un peu mon abonnement à ce cher bloblog, c'est vrai que je ne n'étais plus trop au taquet non plus ces derniers temps moi... ^^

 

21/07/2008

Et si on parlait du dernier Sigur Ros ?

sigur.jpgSigur Ros est un groupe islandais plus ou moins étiqueté "post-rock" qui s'était plus ou moins spécialisé dans les morceaux longs et froids comme l' hiver septentrional, et pour tout dire, leur musique ne me faisait pas faire des bonds de cabri. Oui, mais voilà, nos amis du Nord viennent de sortir un nouvel album au nom absolument imprononçable qui n'est plus triste, mais plutôt jovial et entrainant.

Donc dilemne, des fans du groupe trouvent ce disque trop pop et mièvre, et des incultes comme moi, se disent que si ils ne connaissaient pas les antécédents des garçons, ils se laisseraient bien à en faire un des albums de l'été. Furieusement engageant, les premiers morceaux se plantent entre Arcade Fire  et un Mika qui aurait pris trop d'acides... Après, on retombe dans des ambiances plus conventionnelles pour le groupe, à savoir plus paisibles, mais bon, vous auriez compris que je n'ai pas besoin d'apprécier tous les morceaux d'un d'un disque pour l'aimer...

Alors, cet album reste un mystère... Mais ce qui est certain, c'est que ces morceaux pleins de vitamines risquent fort de terminer sur mes compiles personnelles... Si des âmes en peine passent par ici, j'attends leur avis...

 

Gobbledigook

podcast

 

Inní mér syngur vitleysingur

podcast
 

20/07/2008

Jay Jay Johanson "The Long Term Physical Effects Are Not Yet Known"

thelongtermphysicaleffectsarenotyetknown_1174115338664205.jpegAvez-vous profité des soldes culturelles ?

Plutôt que d'économiser 15 euros sur un beau petit top sexy qui ne fera qu'une saison ou une paire d'escarpins qui vous empêchera de courir pour prendre le dernier métro, essayez donc l'achat de disques à prix cassés. Enfin cassé, c'est un terme parfois assez faible quand on sait que l'on peut trouver de très bons disques à des prix assez terrifiants. Pour 1 ou 2 euros, on peut avoir de très très belles surprises. Comme ce disque du dandy suédois Jay-Jay Johanson, qui l'année dernière est retourné du côté du trip-hop... ou plutôt du trip-pop, tellement les mélodies sont accessibles et mémorisables. Une plainte mélancolique et raffinée à la fois triste mais lumineuse d'évidence.

Conclusion, pour si peu (bon je sais tout est relatif, pouvoir d'achat tout ça...), qu'est-ce qu'on risque ? (je vous rassure, j'ai aussi acheté des trucs absolument insignifiants ^^)

She Doesn't Live Here Anymore 


podcast


C'est beau et frais, presque naif, ah la la, elle ne vit plus ici, les maisons sont vides, on pleure, on se pose des questions sur le sens de la vie... Un peu comme dans cette chanson de William Sheller que j'adore "La Maison de Mara". Tout ce grand musicien résumé en 1 minute 30... "On ne voit plus les deux lévriers blancs, ils ont du mordre Nicolas, nouvelle vie, nouvel amant, dans la maison de Mara..." C'est beau, et c'est cadeau.... Question subsidiaire, qui est donc ce Nicolas qui hante les chansons de William....


podcast
 

 

14/06/2008

The brakes "Tale of two cities" - Debout sur les freins, tous dans le magasin

brakes.jpgVoici un groupe dont je ne sais rien. Je suis tombé par hasard sur leur page myspace (pourtant Dieu sait si je ne suis pas un fana de çà) par le biais de leur label Hyena Records... Mais après avoir écouté Into the Ground, je courrais partout pour réussir à dégoter ce disque. Cette chanson est ni plus ni moins qui le meilleur morceau pop-rock que j'ai écouté depuis plusieurs années, simple mélodique imparable.

Comme je ne suis pas trop l'actualité branchouillarde de la musique, il se pourrait que l'on en ai déjà parlé, mais je pense vraiment qu'il y a dans ce groupe un potentiel d'accaparation massive de la bande sonore de l'été comme dirait Tania Bruna-Rosso... Alors après tant de musiques bizarres, un peu de pop adolescente, ça peut faire du bien...

Into the Ground  Parfait, et en plus il y a de la trompette "cake-like" au mileu !


podcast

 

Empty House Je ne résiste pas à ces petits accents PaulSimoniens....


podcast