Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/06/2008

Nels Cline "Destroy All Nels Cline" rock instrumental du XXIe siècle, année zéro !

danc.jpgAttention, ca va envoyer gros, ca va envoyer gras, ce disque est absolument fantastique. En fait ce guitariste de Nels Cline est absolument fantastique. Officiant déjà au sein du groupe de rock le plus stimulant du moment, à savoir Wilco, on découvre en cherchant un peu dans sa discographie que le monsieur n'a pas les idées trop étriquées en matière musicale. Improvisateur, explositionniste des conventions, il est aussi capable d'enregistrer des reprises à la guitare électrique d'Interstellar space de John Coltrane ou bien ce disque, avec 4 autres guitaristes électriques qui prouvent que la musique avance toujours.

En fait c'est véritablement le rock instrumental du XXIe siècle, ambitieux, violent, un peu sale que jouent Nels Cline et ses potes. Quelque part entre Sonic Youth et Guapo, Destroy all Nels Cline met tout le monde d'accord. Ce disque est aussi ambitieux et abouti que pouvait l'être les meilleurs albums de King Crimson au début des années 70. Comme quoi, il ne sert pas à grand chose de reproduire ce qu'on fait les anciens il y a 30 ans. Laissons les copistes flatter leurs idoles comme s'ils repiquaient des vieilles cassettes vidéo VHS. Ici, c'est du neuf, du puissant, ça s'inspire de tant de choses, mais ça ne ressemble à aucune. Gloire donc à Atavistic Records, petit label aux grandes oreilles ouvertes.

Chi Cacoan
podcast


Echelle de facilité d'écoute

Rythme 2/5: Quelques passages presque Kraut-rock m'a fait remarquer un esprit éclairé...

Mélodies 1/5: Quelques entrelacs, de la puissance, mais pas trop de mélodies...

Longueurs des morceaux 1/5: Je vous aurais prévenu...

Passerelle vers rock indépendant, musiques improvisées, guitare, free jazz. 

31/05/2008

Black Ox Orkestar "Nisht Azoy" Le post-klezmer arrive

1698577321.jpgCertains disques semblent issus des amours incestueuses de deux styles musicaux. Pour le Black Ox Orkestar, groupe issu de l'écurie canadienne qui va de l'avant Constellation Records, on a clairement l'impression que les voisins de Godspeed You! Black Emperor ont un peu fricoté avec John Zorn et tous ses livres d'airs juifs distillés en dizaines de projets différents. L'âme, la mélancolie, l'abnégation de ce peuple se retrouve aussi donc sur cet album qui mêle avec délice l'hypnose du post-rock au recueillement de la musique traditionnelle. Doucement, l'émotion monte, il n'est pas question de technique. Plutôt que de faire monter la puissance sonore au fil du morceau, ce Black Ox Orkestar joue sur un autre registre, ce sont les larmes que l'on sent tout doucement arriver au bord de nos paupières. Joie, tristesse, résignation ? Un peu de tout celà, laissons tout celà nous emporter et partons...

 

Bukharian
podcast

Ikh Ken Tsvey Zayn
podcast
 

Echelle de facilité d'écoute

Mélodies 4/5: Elles se déroulent sans à-coups

Rythme 3/5: Souvent assez lent, mais toujours simples

Longueur des morceaux 4/5: Pour du post-rock, ca reste raisonnable... 

Passerelle vers Constellation Records, post-rock, Musique juive... 

13/03/2008

Perceval music "Dormir Sommeil" j'ai fait une sieste dans une clairière en acier

1787407933.2.jpgC'est un disque qui commence par une jolie voix qui nous dit "Dormir Sommeil" et qui quelques dizaines de minutes plus tard, nous ordonne de nous réveiller. Entre les deux suaves messages, un onirisme tout en verre et en déambulations aléatoires s'empare de vous. Dans ce rêve, le coup de poing cotoie les caresses, un clavecin en s'éclipsant devise avec les guitares électriques qui s'emparent de la scène.

Curieuse chimère des délires d'un guitariste de rock post-mathématique (le groupe Chevreuil pour les initiés) avec sa propre mythologie baroque et ses rencontres artistiques diverses, ce disque qui semble venir d'un autre lieu à la fois glacial et attirant et d'un autre âge règle son compte au conformisme avec aisance. Il y a de la sueur, du charbon et de la poudre magique dans l'air et j'aime çà.

Attention groupe français, musique un peu atypique, bougez-vous les pieds et le porte-euros...

Velasquez
podcast

Coco Braise
podcast


Echelle de facilité d'écoute

Rythme 2/5: No pain, no gain !

Mélodies 2/5: plus ambiances que mélodies

Longueur des morceaux 4/5: C'est concis, c'est bon

Passerelle vers post-rock, math-rock et vers des endroits enchantés 

 

 

09/01/2008

Richard Leo Johnson & Gregg Bendian "Who knew Charlie Shoe" C'est avec les vieilles cordes que l'on fait la meilleure musique

8fb2fb740bf0f221426e003a9564ee77.jpgLa pochette est un peu étrange, un dessin d'enfant avec deux vieux étranges personnages dedans. Elle reflète pourtant à la perfection la musique de ce disque incroyable. Ce voyage avec les  personnages imaginaires Charlie Shoe (Richard Leo Johnson, guitariste brocanteur qui déterre les vieilles grattes guimbardes sur eBay pour les faire sonner comme jamais) et Junk Fish (Gregg Bendian persussionniste/bruitiste de génie, de la trempe des Nana Vasconcelos) est un pur bonheur, simple, naif, émouvant.

21 photographies sépia d'une Amérique pas si vieille mais qui semble tellement loin de nous. Il y a des vieilles granges, des pancakes, des barbelés, des parties de pêche et des messes dominicales ennuyeuses. Johnson sort des mélodies avec une insolente décontraction, passe par toutes les caractéristiques du jeu de guitare acoustique qu'il maitrise à la perfection, Bendian plante le décor, et au total, ce n'est plus du talent c'est de la magie. Pas assez de temps pour voyager ? Essayez Charlie Shoe...

When I met Chet

podcast

First Breath in a Bean Field

podcast
 

 Echelle de facilité d'écoute

Rythme 3/5: Des idées, des petits bruits, du bonheur

Mélodies 5/5: On a l'impression de les connaitre déjà

Longueur des morceaux 5/5: 21 petites histoires qui ne s'éternisent jamais

Passerelle vers folk, country, musique concrète... 

 

 

30/11/2007

Svinkels "Bons pour l'asile" Une bière, un(e) beat, un rot, un flow.

f6e6d752bacf29c5bcb63b1883c4b3d6.jpgJe n'ai pas une grande expérience, ni une grande connaissance du milieu hip-hop. Mais quand on croise un groupe comme Svinkels, ainsi nommé en hommage à une bonne bière bon marché qui mélange les blagues de potaches, des rythmiques de furieux et quelques bons vieux riffs de rock cradingues, je n'ai pas de grande difficultés à me réjouir.

L'humour est aussi gras que les morceaux sont imparables. Bonne humeur et pas de sérieux du tout au service d'une musique loin d'être pourrie suffisent pour apprécier ce groupe qui est plus intéressant que Sevan de la StarAcacademy en matière de culture urbaine.

Véritable punks du XXIe siècle, les membres des Svinkels dont l'innénarable Gérard Baste (infactus à 30 ans, une carrière météorique d'animateur sur GameOne) nous rendent jaloux, ils sont toujours aussi cons qu'à 17 ans, pourquoi pas nous ?

Le Svink c'est chic - La carte de membres est fournie dans le CD, moi j'hésite à m'inscrire ^^

 podcast

Ca n'sert à rien  Toute la force de la formule, du motif qui arrache dans ce morceau qui résume très bien la situation, quand on a un son qui tue, le reste n'est là que pour le mettre en valeur... 

podcast


Echelle de facilité d'écoute

Mélodies 2/5: si il y en a , elles sont raffinées come de l'huile de friture

Rythme 4/5: Ca démonte

Longueur des morceaux 4/5: Mais c'est formaté radio çà ^^

Passerelle vers Rock, punk, hip-hop, LeaderPrice