Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/12/2009

Sylvia Desayles "Seville" 2'35 de douceur

desayles.jpgDe Sylvia Desayles, je ne sais rien. Elle est américaine, elle a débarqué en France au milieu des années 60 et a enregistré ce disque avec des musiciens du cru qui sont tombés sous son charme. Son grain de voix et ses belles envolées ne devaient évidemment pas laisser indifférent ceux qui l'écoutaient. Et puis, comme tant d'autres, elle a disparu. D'elle, il ne reste que ce disque, ces reprises de grands thèmes suaves ("The Look of Love" entre autres) et ces airs créés pour sa voix. Au terme de l'album "Seville" vient endormir l'auditeur, on sent l'Andalousie, la basse hypnotique, les nuits chaudes de l'Espagne, la désillusion de l'amour.

Sans que je ne sache vraiment pourquoi, cette chanson me fascine, me donne envie de voir Seville, de sentir ce désespoir discret qui transpire de la voix de Sylvia Desayles, à jamais oubliée mais qui me semble pourtant si proche... (Désolé pour la qualité de l'enregistrement, le disque accuse un peu aussi ses 42 années...)


podcast

05/11/2009

Pepe de la Matrona, jusqu'où remonte le chant ?

pepe de la matrona.jpgQuand a commencé la musique ? Quand le chant s'est-il distingué de la parole ? Quelles sont les premières berceuses que l'on chantait au fond des grottes ? Sans apporter de réponses, Pepe de la Matrona nous renvoie au coeur de l'ame musicale humaine, entre le cri et le chant. Manuel de Falla parlait de Cante Jondo ou "chant profond" pour évoquer cet engagement qui dépasse de loin les frontières de la musique. Figure historique du flamenco, Pepe de la Matrona avait en lui cet animal, il était d'ailleurs souvent comparé à un fauve et son chant qualifié de préhistorique. A la fois tellement irrégulier et pur que la guitare en devient presque accessoire.

Seguiriya (enregistré en 1963, Pepe de la Matrona a alors 82 ans, et d'après les notes du disques toujours un petit verre de vin au pied de sa chaise)

podcast

qawwali.jpgEn écoutant cet essentiel andalou, on comprend pourquoi comme par magie, le flamenco et la musique qawwali peuvent se lier avec un tel bonheur. Flamenco Qawwali est un coffret de musique brulante. L'association des deux cultures semblait fonctionner comme par miracle à la première écoute. En découvrant le Cante Jondo de Pepe de la Matrona, l'évidence s'impose aux oreilles. Ces musiques viennent de très loin, bien au-delà des cultures, ce sont le cri des hommes des femmes qui se battent et qui s'aiment depuis qu'ils existent, elles nous racontent la même hstoire.

27/10/2009

Liquid Ice "Rotten Apple" le morceau incongru de la journée

liquidice.jpgIl faut toujours se méfier quand on achète de la musique des îles en brocante. Et a fortiori, encore plus, quand, comme moi, on n'apprécie pas particulièrement le zouk ou le merengue. Car les musiciens antillais sont des filous. Ils ont tous des looks de guerriers du funk, posent avec des basses de 2 mètres de long et des orgues de folie, mais quand on met le disque sur la platine, c'est l'hymne à l'amour syncopé pour la doudou du Gosier qui sort des enceintes. Frustrant, très frustrant. Encore plus frustrant que ces dizaines de disques pas vraiment utiles à mes oreilles, il y a les disques avec un seul morceau fascinant, souvent un petit reggae ensuqué sur deux accords qui rend l'écoute encore plus douloureuse, car on peut alors imaginer tout ce qu'on aurait pu déguster si seulement tous ces gaillards s'était mis d'accord pour enregistrer un disque entier comme ça.

Après, il suffit juste d'être conscient de la situation. Ne rien espérer et finalement découvrir des morceaux absoluments déroutants sur des albums plutôt joviaux. Comme le dernier morceau de ce disque d'un groupe dominicain Liquid Ice. Sans prévenir, comme ça ils jouent un truc incroyable entre funk minimal et chanson Canterbury. La surprise est d'autant plus belle ainsi. Et voilà comment un seul morceau vaut ce petit billet. En plus avec le froid et la pluie, une petite vue sur l'océan ne fait jamais de mal.

Rotten Apple
podcast

En fait pour être vraiment honnête, le morceau précédent me laisse aussi bien assis. Faut dire que tout le long du disque, on retrouve des solos d'orgue/synthétiseur absolument térrifiants. On sent que le groupe avait du casser sa tirelire pour faire venir le bouzin en bateau, ils en mettent partout. Pas étonnant qu'ils mélangent donc tout ça avec ce reggae bizarre. Mais vraiment bizarre ! Bon allez, c'est cadeau !

Love Soldiers

podcast


 

 

 

14/10/2009

Alain kan "Et Gary Cooper s'éloigna dans le désert" le glam à la française

kan.jpgAvant que David Bowie et son glam-rock ne débarque en France, Alain Kan menait une carrière discrète, cachant sa singularité derrière des petites chansonnettes innocentes. Mais dès que la multinationale du maquillage arriva dans l'Hexagone, le timide garçon se changea en créature androgyne et subversive. Sa voix escalada les octaves pour donner vie à un immense cabaret décadent au coeur duquel il tronait. En 1975, Laurent Thibault, venu de Magma lui concocte un album qui sent le stupre et le LSD. Toute la ménagerie tirée de l'imagination malsaine et magique de Kan sort les griffes sur des lignes de basses poisseuses comme un dancefloor à 5 heures du mat. Il monte, il rit, il pique une méchante descente ("Hollywood Suicide"), et joue son spectacle grandiloquent. Quelques années plus tard, il trouva dans la rebellion punk l'occasion de mettre en avant son art sans concession. Etrange, presqu'intouchable, Alain Kan finit pas disparaitre comme un de ses personnages en s'évaporant après avoir été aperçu dans une station de métro. Son beau-frère Christophe considère qu'il est juste parti en tournée, en tout cas  s'il revient il a interet à ressortir un disque aussi fascinant que "...Et gary Cooper s'éloigna dans le désert". Je l'exige.

Le premier bébé de Lady Star Lune (y'a Starmania qu'a mangé trop d'acide)
podcast

Nadine, Jimmy et moi
podcast

 

 

28/09/2009

Jean-Paul Marchant "Le Tisserand" la poésie du terroir

marchant.jpg"Ah, dans ce temps on faisait des vraies chansons ! Et on savait chanter !"

L'antienne est connue. Les anciens l'utilisent comme excuse pour ne pas s'ouvrir à la nouveauté, et les jeunes pour se moquer de leurs ancêtres. Mais il faut bien reconnaitre qu'une certaine idée de la chanson française a complètement disparu de la musique d'aujourd'hui. Les artistes qui osent aujourd'hui poser des mots et raconter des histoires plutôt que d'assommer leur auditoire à coups de slogan bien-pensants se meurent. Pourtant il est reposant de recevoir une chanson, sans parti pris, une nouvelle de deux minutes qu'on nous raconte et qui s'en va.

Jean-Paul Marchant est de ces chanteurs disparus. Inconnu au point que Google nous incite fortement à finir son patronyme avec un"d" plutôt qu'un "t", inconnu au point d'être a peu près introuvable. Pourtant, sans trop savoir pourquoi, la poésie rurale de ce chanteur m'émeut profondément. Peut-être aussi parce que derrière la simplicité de son oeuvre se cache une écriture limpide. Aussi parce qu'à ses côtés, on retrouve Pierre Nicolas, contrebassiste de Brassens et Roger Bourdin, flûtiste classique, essentiellement connu pour avoir transformé en 10 minutes d'improvisation au débotté "Il est cinq heures, Paris s'éveille" de Dutronc en merveille du vingtième siècle chanté.

Donc, ici pas de grands sentiments, à peine une demi-heure et douzes chansons qui s'écoulent comme la verveine avant d'aller se coucher.

Le Tisserand
podcast

Ulysse relecture du célèbre mythe de Bellay, de Brassens. Une chanson d'amour universelle
podcast

Picoula Picouli
podcast