Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/10/2009

Hadopi, ni pour ni contre, bien au contraire !

hadop.jpgAlela Diane The Pirate's Gospel


podcast

Si j'a bien suivi l'actualité, le projet de loi sataniste, inutile et liberticide va finalement prendre forme. Et dans cette histoire honnêtement, j'ai la désagréable sensation de n'être d'accord avec personne.

Pas d'accord évidemment avec les artistes parfois aisés (Diam's ah ah ah) qui viennent pleurer leurs euros perdus, en prenant des arguments pitoyables tels que "La Baguette chez le boulanger, on la paie" pour tenter de faire passer pour du vol à l'étalage ce qui n'est qu'une curiosité exacerbée et parfois déviante. On ne nous épargne rien, et evidemment pas "la standardiste" des maisons de disques qui risque de perdre son boulot, tout ça par la faute du piratage. Soyons sérieux, il s'est vendu beaucoup trop de mauvaise musique ces 15 dernières années. Quand des artistes aussi indispensables qu'Indochine ou Raphael dépassent le million d'exemplaire 'albums écoulés, il faut se rendre à l'évidence,et comprendre que ce n'était pas de la musique que tout ce beau monde vendait mais bien un bruit de fond à la mode. Si d'ailleurs ce bruit de fond vous plait, ne vous inquiétez pas, il est disponible à 3 euros dans toutes les boutiques discount de France, rejeté avec ses centaines de semblables. Le téléchargement illégal met ainsi en lumière les incohérence du discours misérabiliste de ceux qui sous prétexte de vendre de la musique pensaient vendre de la culture alors qu'en fourguant des disques comme des tomates ou du couscous il semblait évident que le jour ou ils seront disponible pour rien, tout le monde se jeterait dessus. On a banalisé la musique, on en a fait un produit presque aussi nécessaire que le dentifrice ou les pâtes alimentaires, d'ailleurs on les achetait en même temps et en promo si possible (ah, les grands bacs de l'hypermarché ou je fouillais entre les compilations de Michel Delpech et Ace of Base, toute une époque...), aujourd'hui ce système pernicieux se retourne contre ceux qui l'ont crée et il ne fallait évidemment pas compter sur eux pour faire un petit mea Culpa, il reste plus facile de rejeter la faute sur les autres, surtout si on a Juliette Greco et Frederic Mitterand à ses côtés.

hadop2.pngMais malheureusement à cause de ses insuffisances (car elle ne réglera évidemment rien), cette loi HADOPI n'aura même pas permis à ceux qui téléchargent à la benne de se poser pour une fois en face d'eux-même et de leurs responsabilités. Ils sortent des personnages inquiétants, des sondages qui montrent que ceux qui téléchargent le plus achètent aussi le plus (quelle surprise !) bref se donnent une bonne conscience en plastique rutilant pour leurs excès de tous genres. Films, séries, musique, tout y passe. Et plus il y en aura, mieux ca vaudra. Ils croient aveuglément qu'ils sauront toujours tirer le meilleur de cette manne qui leur arrive en haut-débit. Que leur finesse d'esprit leur permettra de faire les bons choix, et de bien investir leurs quelques deniers (ajouter ici un passage de pleurnichage sous couvert de dépenses importantes pour la culture). Je ne pense pas qu'un esprit critique se développe sous l'opulence obscène, ni en faisant fi de toute morale. A force de vivre dans l'urgence (Kawai ! le dernier TBBT est trop lol ), à force de vouloir avoir un avis sur tout et tout de suite, c'est bel et bien ce soit-disant esprit critique qu'ils laissent tout doucement s'enfoncer dans la fange. A mon humble avis, certaines choses méritent un certain questionnement pour prendre leur vraie valeur. Accepter de prendre un risque, accepter d'être déçu, accepter d'écouter autre chose que ce pourquoi on se croit destiné, s'investir reste à mon sens la base de sa construction culturelle et même personnelle. Mais cette bonne vieille loi HADOPI est une trop bonne excuse pour occulter tous ces sujets...

11:54 Publié dans Le Défouloir | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : musique

01/05/2009

Le blind-test des reprises foireuses... ou pas...

SmileyBlind.jpg1er mai, jour férié, des manifs et de la revendication pour certains. De mon côté, je me contente de travailler encore un peu pour vous offrir un petit moment de détente avant de mourir de la grippe ni mexicaine ni porcine. Le principe est simple, vous aurez droit à quelques extraits qui sont tous des reprises. Ou pas. Donc jouez chez vous et dans une semaine, promis juré, je mets fin à l'insoutenable attente. Si j'y pense... ^^

J'ai pris une grosse proportion de morceau dont l'original est très connu ou alors, c'est parfois la reprise qui peut être plus connue que l'original... ^^... Quelques trucs un peu plus fouillés pour les adeptes de la recherche. En revanche, ceux qui me sortent le nom de certains interprètes auront droit à une consommation gratuite si jamais je les croise un jour. En espérant que ça vous amuse un minimum, bonne journée !!

Extrait 1
podcast

Extrait 2
podcast

Extrait 3
podcast

Extrait 4
podcast

Extrait 5
podcast

Extrait 6
podcast

Extrait 7
podcast

Extrait 8
podcast

Extrait 9
podcast

Extrait 10
podcast

Extrait 11
podcast

Extrait 12
podcast

Extrait 13
podcast

 

Et un petit bonus en intégral pour finir !


podcast








 

 

10/03/2009

Saez, le rebelle qui dit tout haut ce qu'il ferait mieux de taire

 

 

Avez-vous regardé les Victoires de la Musique ? Cette belle célébration des meilleurs musiciens vus à la télé ces 12 derniers mois reste une source d'émerveillement constante chez moi. Nagui en specialiste es bon gout y est souvent hilarant dans son petit costume du pourfendeur des méchants qui en veulent à la bonne musique. Mais souvent surtout, on a droit à des moments de bravoure. Le dernier justicier en 16/9e est donc Damien Saez, déjà connu depuis 10 ans pour être désabusé et chanter le malaise d'une classe d'âge (l'adolescence). Il était alors jeune et con parait-il. Pour notre plus grand bonheur, il avait disparu de la surface musicale, mais comme les pires maladies, on n'est jamais à l'abri d'une rechute. Indochine, Louise Attaque ou Damien Saez peuvent à tout moment renaitre de leurs cendres, on parlerait dans les milieux autorisés, d'un nouvel album de Mickey 3D, le génie musical médiatique peut se réveiller à tout moment...

On a donc eu droit à 10 minutes de Damien Saez en colère. D'abord poète maudit, puis performer révolté. Il a gueulé tout haut ce que tout le monde pensait tout bas. Il a profité de l'audience pour faire passer son message, mais comme l'aurait fait un syndicaliste de la CGT qui aurait troqué son mégaphone contre un micro. Aucun recul, aucun propos. Saez est resté ce lycéen qui joue au rebelle pour plaire aux filles en regardant le prof dans les yeux, et en essayant de faire croire que son attitude peut faire réfléchir ou servir quelqu'un d'autre que lui-même. Alors pour ce grand moment de télévision, on peut remercier le chanteur engagé du vingt-et-unième siècle. Et oublier par la même occasion d'autres plus enclins à réfléchir, qui considèrent peut-être encore la musique ou la chanson comme un moyen de faire résonner la sensibilité intime  de l'auditoire. On ressortira peut-être des caisses de l' INA dans 20 ans ce passage comme témoignage d'un époque ou les artistes prenaient la parole pour crier aussi stupidement que leur public. On a tous eu un jour envie de gueuler comme un putois contre les injustices du monde, de faire manger leurs cravates à ceux qui ne pensent que par l'argent. Et certains trouvaient les mots pour décrire ce malaise, et faire prendre conscience à ceux qui savaient les écouter que même silencieux, ils étaient ensemble et nombreux. Mais ce petit artisanat ne vaut plus rien de nos jours. Il faut montrer pour être crédible, faire du bruit, sur la scène ou dans l'écran, montrer son cul, prendre à parti les puissants pour se prouver son illusoire utilité.

Donc Damien Saez vient de sortir un triple (!!!!) album, l'industrie du disque pense qu'elle se relancera en coupant le courant aux méchants pirates. Mais tout ça, nous sommes nombreux à nous en foutre, la musique existait avant Universal, et elle existera après, les vrais aventuriers du son ne font pas de bruit, restent décidés à trouver leur bonheur, et savent faire des efforts pour celà.

07/03/2008

Nagui et la musique, çà devient sérieux !

376508014.jpgBon, dans un temps assez lointain, j'avais écrit que je trouvais que Nagui ne s'y connaissait pas trop en musique. Pour être plus précis, il n'a absolument aucune vision "globale" de la musique. Rolling Stones VS Beatles et basta !

Cependant, je suis pas contrariant, je continue à regarder ses émissions, ou du moins à les apercevoir. Histoire de voir si il y a des bons invités à Taratata. C'est de plus en plus rare, mais çà arrive. Par contre, quand çà sort des clous, le Nagui navigue à vue. SOS les fiches, appelez la sécurité, y' a un intrus qui essaie de parler d'autre chose !

Donc, quand Sean Lennon est tout fier d'annoncer au plus grand animateur musical du monde qu'il a travaillé avec John Zorn, il est un peu surpris quand celui lui répond "JazzHorn ? Connait pas". Après y'a toute la classe britannique du Sean qui sauve le coup d'un surprenant "Non, en fait, il est connu seulement aux USA". Oui, on va dire çà, Nagui commençait à prendre l'inculture de son public à témoin pour se justifier. Ca devenait drôle.

Mais il n' était pas à son coup d'essai. Déjà lors de son bizutage à Canal Plus, il s'était surpris à évoquer Coltrane et Miles Davis avec un invité. En fond sonore, un impétueux se croit autorisé à balancer "So What" de Miles Davis, son morceau le plus connu ou pas loin... Réaction immédiate du Nagui "C'est Coltrane çà ?" Ben non, c'est pas lui, c'est l'autre. C'est pas grave de confondre, tout le monde ne s'y connait pas en musique.

Voilà, c'est juste méchant, je l'avoue.

 

Mais hier, Nagui, qui passe pour un grand connaisseur de rock auprès des plus de 70 ans a carrément torpillé une candidate de son jeu "Tout le monde veut prendre sa place". Cà commençait pourtant, bien, ils ont passé un extrait de "Love is all

 
Question "Qui interprete Love is All
Réponse: Roger Glover, oui c'est le leader du groupe, et en plus, Nagui peut frimer parce qu'il sait qu'il joue dans Deep Purple c'est la gloire pour lui ! 
 
 
Par contre la pauvre concurrente qui s'était fait chier à taper "Ronnie James Dio" a juste droit au célèbre regard de merlan du gars qui comprend pas d'ou pouvait venir une réponse qui semblait si précise. Hop, virée, on n'en parle plus. Le Dio en question étant juste le chanteur qui chantait "Love is All", on peut quand lui dire qu'il est bien con le Nagui. C'est qui Dio ? On s'en fout, en tout cas, il est pas sur mes fiches, et lui n'a pas fait partie de Deep Purple ! Non, juste de Rainbow et de Black Sabbath ...
 
 

Donc, j'en reviens à mon postulat de départ. Nagui est un sinistre blaireau.

 

03/07/2007

David Guetta "mix messenger", Clara 'Tu m' a déjà vu quelque part' Morgane. Les merdes de l' été sont servies !

3343273201b24b5abe99cb387178d5e4.jpg" J' ai mis un gel effet mouillé, tu veux l' adresse de mon revendeur ?"

Franchement, je suis tombé là-dessus par hasard, c' est affligeant... Je pense que si on portait plainte pour que ce vendeur de gel coiffant n' approche pas d' un disque ou d' une platine à moins de 250 mètres, les chances de succès ne seraient pas négligeables...

Le Caca du Guetta

Là, je serais pour mettre la TVA à 150 % pour de telles choses... J' ai trouvé trouvé inconcevable pour que de tels insultes se vendent suivant les même règles que le travail d' un gars qui s' acharne à faire un disque un peu personnel. Mais David n' est pas seul, que pensez vous par ailleurs de l' excellente incursion dans la chanson de Clara Morgane ? Avec le bon Lord Kossity en associé interressé, ils n' ont évidemment pas eu de mal à trouver quelques oreilles averties qui ne purent que s' incliner devant tant de talent.

Le Caca de Clara 

 

2c194299a18233cd1bc528818edc6c0a.jpg"C' est dommage Poufilla, une petite muco et tu signais chez Universal !"

Pour tout dire, le fait que des parodies comme celles de Michael Youn soient au moins du niveau des originaux devrait peut-être éveiller quelques soupçons, mais non, on vend la merde et la parodie de la merde, en sonnerie de portable et en mp3, et après quelques grands manitous tels que Pascal Nègre nous expliquent que c' est pas bien de télécharger. Mais quand on vend de la musique comme du paté, faut pas s' étonner que les neuneus aillent la prendre gratos à la source.

 A tous les pleureurs faux-musiciens, un authentique leur répond. Dick Annegarn, juste la classe intégrale, je vous laisse consulter ses autres interventions qui sont autant de plaisirs...

Dick Annegarn "Aujourd'hui c' est gratuit, demain c' est le double"