Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/04/2007

Toumani Diabate, Foday Musa Suso, Ballaké Sissoko... - La kora, une ancestrale modernité

medium_kora.2.jpgLa World music est à l' honneur, et la musique Africaine en particulier trouve un public toujours plus nombreux sur son chemin. En Afrique de l' Ouest, les descendants de Griots, virtuoses éduqués par leurs ascendants sortent de l' ombre pour faire partager leur art aux autres oreilles. Leurs noms représente à la fois leurs ancêtres et leur légitimité, les plus grandes dynasties de musiciens telles Sissoko ou Diabate fourmillent d' interprêtes aux doigts agiles et possédant toute l' histoire de leurs familles à travers leurs mélodies intemporelles. La musique comme l' histoire de l' Afrique se transmet presqu' exclusivement oralement. Peu de traces écrites, mais tout arrive avec la technologie et nous voici alors a même de profiter ces joyaux.

Instrument emblématique de l' Afrique de L' Ouest, la Kora, magistrale harpe à 21 cordes, montées sur une calebasse fascine. Deux notes sortent et nous envoient dans un conte, au coeur d' un village terrassé par la chaleur, au coeur même des animaux et des esprits, des empereurs et de ces royaumes qui n' ont jamais vraiment disparu.

Si les premiers enregistrements de Kora mettaient en valeur ce passé glorieux, aujourd' hui, l' instrument multiplie les influences pour dénicher de nouveaux terrains d' expression. Grace au talent d' artistes tels que Ballake Sissoko ou Toumani Diabaté (dont les pères étaient les premiers à populariser l' instrument), d' autres horizons s' ouvrent.

 

medium_kora3.jpgBallaké Sissoko Une si nouvelle tradition

Puisant aux sources mêmes de la musique Africaine son inspiration, Ballaké Sissoko renouvelle le genre avec finesse. Balafon, n' goni, autres instruments à l' histoire ancrée en terre Africaine l' accompagnent. Le tout est léger et nouveau. Une page d' une antique histoire s' écrit à l' instant. Nos oreilles apprécient.

De l' album Deli paru chez Label Bleu. J' ai choisi Famade 


podcast
 

 

Toumani Diabaté L' enfant prodige

medium_kora2.jpgVirtuose incomparable, capable parait-il de tresser des lignes mélodiques fabuleuses tout en servant le thé, fumant une clope et assurant la conversation avec ses hôtes. Modernisant avec son Symmetric Orchestra la perception même de la musique Africaine, Toumani Diabaté est le joueur de kora le plus en vue ces derniers temps. Et celui qui accompagna l' éternel guitariste Ali Farka Touré sur le chef d' oeuvre In the Heart of the Moon. Ce duo tutoie les Dieux, une des plus belles musique qui soient arrivée récemment à nos oreilles..

Ai Ga Bani 


podcast
 

 

medium_kora1.jpgFoday Musa Suso et Jack DeJohnette   L' improbable émancipation

Alors que Diabaté et Sissoko viennent du Mali, Faday Musa Suso porte lui le digne héritage des griots de Gambie. La rencontre avec l' un des plus grands batteurs vivants Jack DeJohnette donna naissance récemment à Music from the hearts of the masters. Le jeu de percussion à la fois minimaliste mais profond de DeJohnette sublime les mélodies de kora, qui sont jouées initialement pour allonger la pensée comme disent les Africains. En plus d' allonger la pensée, ici, ce sont le plaisir et la curiosité qui ressortent grandis d' une rencontre pleine de tant d' honnêteté, dialogue à armes égales, découvertes mutuelles pour une musique à la fois inédite et ancestrale. Sentiment bien résumé par le titre même de l' extrait:

Ancient Techno


podcast
 

 

 

 

 

27/03/2007

Peter Hammill "Over" - Van der Graaf Generator "Still life", du bel canto dans le progressif

medium_over.jpg Encore une pochette d' album dont je me lasse pas, la mélancolie matinale qui s' échappe de cette photo fait toujours effet. Et l' homme triste qui nous interpelle est bien Peter Hammill, le chanteur à la fois le plus adulé et le moins reconnu du grand public. Adulé au point que certains chroniqueurs énamourés ne s' embarrassent plus de parler de sa musique: Ils racontent deux trois anecdotes variablement inintéressantes, s' interrogent "Mais Peter qu' arrivera-t-il quand tu sortiras un mauvais disque ?" puis sanctionnent le tout d' un 10/10...

Pour ceux qui ont loupé les épisodes précédents, il est bon de rappeller que Peter Hammill est un peu le pendant maudit du Peter Gabriel  période Genesis. Doté d' une voix magique qu' il n' hésite pas à maltraiter, son oeuvre n' est que lyrisme et hargne, le tout enrobé dans le superbe écrin dit "progressif" de la musique des années 70: Des morceaux longs, des passages instrumentaux ambitieux, de la liberté quoi...

Tout celà est bien résumé dans ce beau Time Heals


podcast
 

 

medium_vdg.jpgLa formation au sein duquel Hammill évolue hors de ses albums solo, Van der Graaf Generator (qui contrairement à ce que ce titre ridicule pourrait laisser entendre est bien un groupe de rock et non un groupe electrogène) garde les mêmes idées directrices, en ayant en plus la particularité de préférer de beaucoup les solos de saxophone à ceux de guitare. A quelques premiers albums sublimes mais difficile d' accès succèdérent les véritables bijoux que sont Godbluff et Still Life dont est extrait l' inamovible Pilgrims.


podcast
 

 

25/02/2007

Ethiopiques, Mohammed "Jimmy" Mohammed - L' Ethiopie vient nourrir les affamés de musique....

medium_10607857_155_155.jpegPour le commun des occidentaux, l' Ethiopie n' est qu' un pays, quelque part en Afrique, où des enfants épais comme des coton-tiges mourraient en masse il y a maintenant vingt ans. La preuve, Renaud et Michael Jackson on écrit des chansons pour eux. 

Quand on compare le niveau des daubes interplanétaires pondues par la bonne conscience de ces chers artistes avec l' ultime groove des autochtones qui au début des années 70 envahissait Addis-Abeba, il y a de quoi être ahuri. Les chants aériens, les batteurs surexcités et les instruments électrifiés à la sauce locale se marient avec une telle audace que l' on a presque honte d' écouter "We are the World" après.

Heureusement quelques bonnes âmes ont oeuvré pour nous et se sont plongées dans les archives de cette époque bénie. La collection Ethiopiques décline en plus de 20 volumes la richesse de cette musique. En écoutant Yèkèrmo sèw de Mulatu Astaqé, on navigue dans un film imaginaire de Tarantino, un solo de clavier poussiéreux nous charme, puis une guitare toute artisanale nous foudroie...


podcast


medium_8078.jpg Les mêmes mots d' ordre restent valables pour décrire le chant dévorant de l' aveugle Mohammed "Jimmy" Mohammed malheureusement disparu récemment. On ne sait pas si l' on doit chanter, danser ou prier en l' écoutant... Enluminées par la présence d' une petite harpe électrique à cinq cordes, ses chansons sont autant de cadeaux pour se laisser aller. Un solo de batterie incroyable au milieu de ces presque neuf minutes de bonheur viennent nous achever..


podcast

 

17/01/2007

Quelques fiers Mongols, ONJ et autres.. Le Led Zeppelin redécolle

Voilà un groupe qui n' a peut-être jamais été aussi copié et compilé de toutes parts! Depuis deux ans, c' est opération portes ouvertes dans le répertoire de Led Zeppelin, à croire que leurs titres sont tombés dans le domaine public, mais non, je connais un guitariste chevelu qui doit se frotter les mains...

medium_pochette.2.gifPour commencer, parlons un peu de la fanfare déjantée Quelques fiers Mongols qui comme son nom l' indique, vient de France. Ce groupe met en évidence combien les gros riffs de guitare prennent une allure festive une fois soufflés au trombone ou au sousaphone (le gros cor de chasse que l' on s' entoure autour du buste pour se transformer en phonogramme sur patte), et soutenus par un orgue de foire... Mais en plus, on est souvent transporté par certains passages dans des ambiances plus dépouilléés (ah.. Kashmir...), et pour le coup, on se croit vraiment au pays de Gengis-Khan, avec à peine un chameau et une yourte fumante pour témoins. Prenant une vraie liberté avec les compositions originales mais sans jamais les renier, Quelques fiers Mongols réussissent leur pari et nous, on applaudit.

The Wanton Song


podcast 

Après les Mongols de France, il est temps de parler du Mongol de Mongolie.. Albert Kuvezin est le leader du groupe Yat-kha, dont je me demande bien comment j' ai fait pour ne pas en parler encore ici...

medium_ReCovers.jpg Sur son dernier disque Recovers, il adapte toutes sortes d' airs plus ou moins connus en une transe pour voix d' outre-tombe qui dégouterait le premier chant de black-metal en collant noir venu. Avec en bonus, quelques passages en voix diphonique (à savoir une note basse tenue et une mélodie aigue qui se "superpose", tout cà avec une seule gorge, ne me demandez pas comment ils font), l' ensemble est plutôt surprenant !

Evidemment Led Zeppelin, fait partie du lot. Ici, il faut essayer de reconnaître When the Levee breaks


podcast

 

Et enfin, comment oublier le très bon disque de l' Orchestre natinal de jazz (qui est au jazz ce que le théâtre subventionné est -toutes proportions gardées- au théâtre: une institution que l' on critique quand on n' y est pas et où les leaders se succèdent fissa) Close to heaven ?

medium_14064.jpgLà aussi que des reprises du groupe anglais, avec à la tête du tout, le vibraphoniste Franck Tortiller qui à l' instar de beaucoup de jazzmen a d' abord été transi d' admiration pour le bon vieux rock. Espérons que cet album réussisse un peu à reconcilier ces deux univers, en tout cas, en ce qui me concerne, c' est du tout bon, y' a pas à tortiller ! (Celle-là, c' est cadeau, je vous l' offre ^^).

Le solo de Stairway to heaven adapté pour les cuivres est tellement bon que je vous le fait partager. Comme cette piste fait 10 minutes en tout, j' espère que ca vous donnera surtout envie d' en découvrir plus.


podcast
 

Bon, et avec tout çà, il faut aussi rappeller que les originaux de Led Zeppelin restent incontournables. Page, Plant, Bonham et Jones rule !

 

 

 

 

 

 

16/07/2006

La ligne de basse qui tue !

Un retour enfin, après pas mal d' irrégularité dans mes contributions...

Pour féter celà, je vous demande de me proposer votre ligne de basse préférée, histoire d' activer les postérieurs pendant l' été...

Evidemment, je vous offre une petite sélection avec pour commencer, la mythique intro de Another one Bites the dust de Queen..


podcast

Les moins jeunes se rappellent surement de l' énigmatique Québecois Jean Leloup qui a fait trembler les pistes de danse en.... 1990 bien sur


podcast

Et je vous réserve le meilleur pour la fin, l' ébouriffant Sun Explosion de Manu DiBango


podcast

 

Si il y a d' autres fans de la ligne de basse qui arrache le string, vos contributions sont les bienvenues!