Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/05/2006

L' Oud, l' instrument du début du XXIe siècle !

L' oud est le cousin oriental du luth de la Renaissance (auquel se sont dévoués des génies tels que John Dowland, j' en profite pour vous mettre ici une petite photo d' un des meilleurs joueurs actuels, Paul O' Dette, admirez ce sourire ravageur....).


Le plus souvent, l' instrument posséde onze cordes, les 5 plus aigues étant doublées et associées à une corde de basse unique. L' oud est répandu du Maghreb à l' Irak, axé presque exclusivement sur la mise en valeur des sublimes mélodies par un jeu très précis, ses sonorités apaisent et fascinent l' auditeur curieux. Mais depuis quelques années, le charme opère également auprès des musiciens de multiples horizons qui voient dans l' oud une réelle opportunité de multiplier les échanges. Le nombre important de CDs m' ayant enthousiasmé me conduit à fournir une petite sélection personnelle..

1. Les classiques

Le Trio Joubran, constitué de 3 frères palestiniens, donne un très bon exemple de musique arabe jouée à l' oud, très peu retouchée, basée essentiellement sur la pureté des mélodies et leurs entrelacs subtils. A ne pas trop écouter toutefois si l' on tient à rester éveillé, ce sont de magnifiques berceuses.


podcast

Si l' on veut rester dans la veine plus traditionnelle, on ne peut oublier l' Irakien Munir Bashir, ainsi que le Libanais installé en Allemagne Rabih Abou-Khalil, artiste virtuose qui est vraiment le premier à avoir popularisé son instrument en osant l' associer à d' autres univers musicaux. Le CD Nafas est un bijou de musique arabe.

2. Les premières incursions hors du monde arabe

Rabih Abou-Khalil est le parfait trait d' union entre ces deux mondes. Multipliant les enregistrements de qualité chez Enja, au sein parfois d' un orchestre tirant vers le jazz, avec notamment la présence de musiciens reconnus tels que Kenny Wheeler... De grands moments...

Comme lui, le tunisien Anouar Brahem s' est imposé dans les milieux de la musique plus européennes avec des compositions divines. Pensionnaire de la maison ECM, ses disques sont toujours un véritable miel pour les oreilles. En plus de "Thimar", dont j' ai déjà parlé dans ces lignes, "Le pas du chat noir" où il joue accompagné d' un pianiste et d' un accordéonniste est hautement recommandable.

Dhaffer Youssef, jeune oudiste à la voix d' or a rapidement pris sa place aux cotés de ces presque déjà anciens du métissage. Mais sa volonté d' innover après des disques tels que "Odem" ou "Eletric Sufi" font qu' il trouve naturellement sa place avec d' autres dans la grande marmite du métissage mondial et jouissif qui est à ébullition en ce moment.

3. Ca part dans tous les sens !

Digital Prophecy est incroyable. Un son d' une pureté absolue et l' association avec le génial guitariste Eivind Aarset (compère du trompettiste Nils-Petter Molvaer, qui vient faire sa guest star..) et une électronique agréable sans jamais être agressive en font une réussite absolue !

DuOud composé de 2 amoureux de l' oud et de l' électronnique pousse le bouchon encore plus loin. Toujours à l' extrême limite de ce qui pourrait être du mauvais gout, ils réalisent l' explot de ne jamais y tomber. Leurs 2 albums sont des OVNIs, spécialement "Sakhat" où ils accompagnent un chanteur yémenite traditionnel. Indescripticle.

Chase extrait de "Wild Serenade"... Ahurissant


podcast

Mais l' oud ose toutes les musiques. Le gros rock qui tache du guitariste de Noir Désir, Serge Teyssot-Gay ne lui fait pas peur: "Interzone" enregistré avec Khaled AlJaramani est un miracle tout comme Farewell Shalabiye des Néerlandais de NO Blues, où le Dobro lui répond, accompagné d' une voix féminine toute sensuelle...

Farewell Shalabiye de NO Blues


podcast

Rencontre de Teyssot-Gay / AlJaramani


podcast

 

 

 

Ajoutez à tout celà un rappeur soudanais qui joue avec un des maitres de son pays et vous obtiendrez "Ceasefire", roquette pacifiste et inclassable d' Emmanuel Jal et Abdel Gadir Salim.

Et enfin, les incursions de l' oud dans le free-jazz-rock juif survolté de Rashanim vous achèvent: L' oud est partout ou il peut se faufiler... En ce qui concerne ma discothèque, il l' a envahit depuis longtemps !

15/04/2006

Musique de la Réunion: Maloya, Sega et métissage à tout va...

Je profite souvent de mes vacances pour découvrir des musiques nouvelles. Et mon récent séjour à la Réunion (Où vous pouvez tous aller, le Chikungunya est nettement moins virulent, et il y a presqu' aucun touriste :IDEAL !) a confirmé cette régle, et avec brio !

J' ai eu la chance dès mon arrivée d' assister à un concert de conclu par Danyel Waro, une figure emblématique de l' âme Réunionnaise: un physique atypique, une voix exceptionnelle... Une véritable révélation. Le maloya est une musique basée sur un rythme à 6 temps, souvent jouée au kayamnb, percussion à la sonorité évoquant la pluie.. S' y ajoute d' autres percussions plus traditionelles, et surtout un chant empreint d' émotion comme dans la chanson Banm Kalou Banm qui narre l' arrivée des esclaves sur l' Ile: " Il se tournent d' un coté, Ils baignent dans leur sang, lls se tournent de l' autre coté, Il n' y a que l' océan". Inutile de précisez qu' il s' agit là de la traduction en français. L' original est évidemment farouchement créole. La personnalité et la musicalité de Danyel Waro a tout emporté ce soir là...

Les autres personnalités majeures du maloya sont Firmin Viry, l' ancien au sourire toujours ravageur et Nathalie Natiembé: Autodidacte de la musique mais avec tant d' émotion à transmettre qu' elle ne pouvait rester muette... Son dernier disque, Sanker est disponible depuis peu et a été très apprécié en métropole (au moins au niveau critique)

J' ai profité de ce séjour pour me procurer un disque antérieur Margoz, qui se conclue par un morceau a capella bouleversant...

L' autre face, plus festive de la musique Réunionnaise est représentée par le sega, qui fait appel facilement à des instruments plus conventionnels, notamment les accordéons diatoniques puis chromatiques. Le terme "Seggae" est maintenant employé pour désigner cette nouvelles musique aux influences multiples, que s' approprie maintenant la jeune génération.

Un artiste singulier René Lacaille retient l' attention, joueur d' accordéon toujours pret à fricoter avec d' autres, dont Bob Brozman, musicologue australien multicarte, grand spécialiste de slide-guitar et de folk. Leur rencontre "DigDig" se révèle être un disque réellement enthousiasmant !

N' étant pas un grand spécialiste de la musique réunionnaise, je me permets de vous fournir un petit lien très interessant si vous voulez en savoir plus..

http://cjtm.icaap.org/content/20/v20art7.html

Dans ma grande bonté, j' ai craqué 9 euros pour mettre plus de musique sur ce blog... J' espère que vous apprécierez ces 2 extraits:

Zok de René Lacaille et Bob Brozman


podcast

Shantèz Kabaré de Nathalie Natiembé (Quelle voix...)


podcast