Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/11/2010

Gil Scott-Heron "I'm New Here" Le retour du clochard céleste

51AHKF8iD8L._SS500_.jpgEn fait (et en gardant toutes les précautions d'usage), Gil Scott-Heron a réussit là où Renaud a lamentablement échoué. Alors que ce dernier s'est sorti de l'alcool avec une nouvelle poulette, une corpulence à piquer la place de Depardieu pour le prochain Asterix, trois chansons en bois, une voix de merde et rien à dire ; l'écrivain-chanteur américain, qui est passé par bien pire (le crack, la taule) est parvenu au-delà de tout à rester un véritable musicien.

 

250px-Gil_Scott_Heron_-_10-2-2009_San_Francisco,_Carofornia_.jpgAvec ses petits moyens: une voix toute cassée, toute éraillée et un physique de vautour décharné à faire pitié à un SDF, il donne une leçon à tous les amateurs de musique. D'abord, il prouve que cette musique, ce n'est pas qu'une histoire de voix et de souffle, c'est avant tout une histoire de tripes et de capacité à transmettre ce rythme intérieur profond qui ronge chacun de nous. Ensuite, il met à sa botte élimée la modernité, les machines, et sans jamais se cacher derrière elles, en fait ses alliées pour porter son message. Gil Scott-Heron et sa mythique gouaille semblent aussi jeunes qu'il y a quarante ans, et I'm New Here est pour moi l'un des meilleurs disques de l'année.

Pour finir, deux petits extraits aux titres suffisamment évocateurs.

Me and the Devil

podcast

New-York is Killing Me
podcast




 

30/03/2009

Bohannon ou Dollar Brand - le retour de la ligne de basse

bohannon.jpgLes pitoyables statistiques de ce blog montrent un interet certes limité mais toujours présent pour les lignes de basse. Alors, les morceaux de Jean Leloup, Manu DiBango et Queen commencent à sentir un peu le renfermé...

Donc, pour faire plaisir aux amoureux de la basse qui fait bouger le cucul, je vous fait part de mon amour immodéré pour ce bon vieux discogrooveur d'Hamilton Bohannon. Avec lui, pas besoin de chauffer la salle ou de faire boire les filles, c'est 8 minutes à remuer les hanches pour tout le monde... Comme pendant ce superbement entêtant Bohannon's Beat. Un titre qui annonce bien la couleur, la batterie, les petites guitares fonky et cette basse qui te vrille la tête...

Bohannon's Beat
podcast

113582461.jpgSouvent destinée à mettre la tête à l'envers, une ligne de basse reposante peut aussi parfois devenir une invitation à la méditation, à l'échange. Dolllar Brand, pianiste de jazz assez libertaire originaire d'Afrique du Sud en donne un bel exemple dans son album Africa Tears and Laughter.

Ici La voix des musiciens se mêlent parfaitement à la douce rondeur de la contrebasse... Idéal pour faire le point avec sa conscience...

Ishmael
podcast