Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/01/2008

Les petites berceuses du jour

Qu' y a-t-il de plus tendrement régressif que d'écouter une berceuse ? Rien a priori, ces petites rengaines nous hypnotisent, nous font dormir et nous apaisent. Mais pour ceux qui en auraient assez de Dodo l'enfant Do, je propose trois petits airs faciles à retenir et aussi addictifs que naïfs.

11f1059444c957debf37e373092e1bf6.jpgFrançois de Roubaix - Les Amis


podcast


François de Roubaix était peut-être l'un des compositeurs de musiques de film les plus doués de sa génération. Sa disparition précoce contribua un peu à son oubli, mais aujourd'hui, sa côte remonte en flêche. Petits motifs envoutants, guitare minimaliste, électro avant l'heure, il y a tout dans cette musique.

 

Zammla Mammaz Manna - Arstidvisan

Un nom aussi compliqué à prononcer que la musique est simplissement imparable. Pour information, les gugusses en question sont Suédois et ce disque date de la fin des années 70

 
podcast

 

Pascals - Nohara 

J'avais déjà évoqué les japonais de Pascals. Dans le même album Dodesukaden se trouve cette sucrerie divine... Si un jour, on retrouve ces petits airs dans une publicité pour les petits pots pomme/cassis ou même de l'eau minérale, je ne serais pas surpris...


podcast

 

 Bon allez, bonne nuit les petits...

 

 

 

09/01/2008

Richard Leo Johnson & Gregg Bendian "Who knew Charlie Shoe" C'est avec les vieilles cordes que l'on fait la meilleure musique

8fb2fb740bf0f221426e003a9564ee77.jpgLa pochette est un peu étrange, un dessin d'enfant avec deux vieux étranges personnages dedans. Elle reflète pourtant à la perfection la musique de ce disque incroyable. Ce voyage avec les  personnages imaginaires Charlie Shoe (Richard Leo Johnson, guitariste brocanteur qui déterre les vieilles grattes guimbardes sur eBay pour les faire sonner comme jamais) et Junk Fish (Gregg Bendian persussionniste/bruitiste de génie, de la trempe des Nana Vasconcelos) est un pur bonheur, simple, naif, émouvant.

21 photographies sépia d'une Amérique pas si vieille mais qui semble tellement loin de nous. Il y a des vieilles granges, des pancakes, des barbelés, des parties de pêche et des messes dominicales ennuyeuses. Johnson sort des mélodies avec une insolente décontraction, passe par toutes les caractéristiques du jeu de guitare acoustique qu'il maitrise à la perfection, Bendian plante le décor, et au total, ce n'est plus du talent c'est de la magie. Pas assez de temps pour voyager ? Essayez Charlie Shoe...

When I met Chet

podcast

First Breath in a Bean Field

podcast
 

 Echelle de facilité d'écoute

Rythme 3/5: Des idées, des petits bruits, du bonheur

Mélodies 5/5: On a l'impression de les connaitre déjà

Longueur des morceaux 5/5: 21 petites histoires qui ne s'éternisent jamais

Passerelle vers folk, country, musique concrète... 

 

 

06/01/2008

Uri Caine Ensemble plays Mozart, un petit coup de pied dans le classique

f467d6a72e8072ca3d23897b46b0af4d.jpgAprès les classicos du Balanescu Quartet qui reprennent Kraftwerk, on peut passer sans soucis aux jazzmen d'avant-garde qui s'amusent avec la musique classique. Uri Caine, pianiste touche-à-tout qui n'est pas sans évoquer John Zorn s'est fait une spécialité de ses travaux de réappropriation du patrimoine musical.

Ici, c'est Mozart qui a droit à son petit lifting à base de batterie et de solo de guitare électrique (Nguyen Le, la classe au naturel). Les thèmes sont connus, avec par exemple une réinterprétation stupéfiante de la Symphonie 41 dite "Jupiter" ou de La flûte Enchantée. Tous mes a priori sur la musique de Mozart que je considérais un peu jusqu'alors comme guillerette et un peu superficielle en ont pris un coup et m'incitent à découvrir un peu plus avant ce compositeur peut-être trop génial et précoce pour être apprécié en toute sincérité (vous admirerez au passage comment je passe d'un excès à l'autre sans problême...)

Ahhh, La Marche Turque ! Après la relecture reggae de Terrasson et Palhud, quel bonheur que cette interprétation toute orientalisante qui rend cette mélodie si jolie finallement. Tout en souplesse, tout passe mieux...


podcast


Echelle de facilité d'écoute

Rythme 3/5: Ou comment prendre des libertés avec l'original

Mélodies 3/5: Toujours aussi immortelles, parfois enfouies profond, creuser permet de les redécouvrir

longueur des morceaux 2/5: Ca dure certes un peu parfois (2 morceaux de plus de 10 minutes)

Passerelle vers classique, jazz 

 

04/12/2007

Laurent de Wilde "PC Pieces" le musicien qui oublie son piano

11a73e66abe3c85e5945311be880553f.jpg
Laurent de Wilde
est un émérite pianiste de jazz. Reconnu de tous, sa musique a commencé à lentement glisser vers des horizons plus électroniques. D'abord, ce fut des petites boucles, des samples pour faire des disques que l'on pouvait rapprocher du nu-jazz, incarné entres autres par Bugge Wesseltoft ou Niels Petter Molvaer.

Mais là, De Wilde va encore plus loin. Ce disque, soyons clair, n'aurait jamais été considéré comme un disque de jazz si il avait été le fait d'un autre musicien. Ici, on s'enfonce dans le rythme, on oublie les harmoniques, les accords compliqués, c'est l'hypnose qui prend le pas. On pense à la musique répétitive, à l'electro minimaliste, et surtout on pense à CAN groupe allemand du début des années 1970 qui réussissait à faire swinguer ces rythmes inéluctables.

Avec ce disque salutaire, on peut définitivement enterrer les idées préconçues sur les travaux des artistes électroniques comme Squarepusher, Autechre, Murcof et bien d'autres: "C'est pas de la musique." "Ils pillent les autres et ils créent rien", et caetera... Laurent de Wilde a su mettre de côté pas mal de ses années d'études pour revenir à la base de la création musicale et obtient pour son courage et son talent ma reconnaissance éternelle. C'est pas grand-chose, mais c'est déjà çà. ^^

 Glitch 

podcast
 

30/11/2007

Svinkels "Bons pour l'asile" Une bière, un(e) beat, un rot, un flow.

f6e6d752bacf29c5bcb63b1883c4b3d6.jpgJe n'ai pas une grande expérience, ni une grande connaissance du milieu hip-hop. Mais quand on croise un groupe comme Svinkels, ainsi nommé en hommage à une bonne bière bon marché qui mélange les blagues de potaches, des rythmiques de furieux et quelques bons vieux riffs de rock cradingues, je n'ai pas de grande difficultés à me réjouir.

L'humour est aussi gras que les morceaux sont imparables. Bonne humeur et pas de sérieux du tout au service d'une musique loin d'être pourrie suffisent pour apprécier ce groupe qui est plus intéressant que Sevan de la StarAcacademy en matière de culture urbaine.

Véritable punks du XXIe siècle, les membres des Svinkels dont l'innénarable Gérard Baste (infactus à 30 ans, une carrière météorique d'animateur sur GameOne) nous rendent jaloux, ils sont toujours aussi cons qu'à 17 ans, pourquoi pas nous ?

Le Svink c'est chic - La carte de membres est fournie dans le CD, moi j'hésite à m'inscrire ^^

 podcast

Ca n'sert à rien  Toute la force de la formule, du motif qui arrache dans ce morceau qui résume très bien la situation, quand on a un son qui tue, le reste n'est là que pour le mettre en valeur... 

podcast


Echelle de facilité d'écoute

Mélodies 2/5: si il y en a , elles sont raffinées come de l'huile de friture

Rythme 4/5: Ca démonte

Longueur des morceaux 4/5: Mais c'est formaté radio çà ^^

Passerelle vers Rock, punk, hip-hop, LeaderPrice