01/02/2012

Officina Zoe "Maledetti Guai" - Acoustique trans(e)-alpine

zoe-officina-maledetti-guai-cd-album-859949401_ML.jpgSi la scène musicale italienne se révèle très dynamiques ces derniers années, avec des formations aventureuses n'ayant pas peur d'avancer (Les excités de ZU ou Aucan son math-électro rock à géométrie variable), on assiste également à un renouveau de ses musiques traditionnelles. Cristina Pluhar et ses tarentelles folles avait déjà conquis les coeur des bobos à travers le joli film "Tous les Soleils" pleins de solex et d'anti-berlusconisme, mais Officina Zoe, groupe originaire du Salento région du sud des Pouilles (dans le talon de la botte pour imager et simplifier) semble faire encore mieux.

Car c'est une véritable transe qui nous est offerte où les sentences, les mélodies se répètent, scandées par le tambourin immuable. On imagine la danse, le soleil, les veuves qui passent au loin, le linge qui sèche, le pêcheur qui remonte ses filets. Cette musique possède quelque chose d'immuable et d'envoutant (elle était d'ailleurs utilisés lors de rituels de gérison), une sorcellerie de premier ordre qui sait pourtant rester absolument moderne. Quand l'accordéon hoquète à l'infini, il rappelle la musique électronique et si sur une mélodie simple et limpide se construit un morceau tout en finesse, on pense au rock progressif mélodique et soyeux qui avait aussi participé à la gloire musicale de ce pays en d'autres temps. Quant aux voix de Cinzia Marzo et Rachele Andrioli, elles s'enchevêtrent à merveille et peuvent à elles seules laisser pantois d'admiration.

Respectueux des traditions autant qu'aventeureux, ce disque est un véritable miracle. Il fallait que ce soit dit.