Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/04/2006

Magic Malik "69-96" Le jazz bouge, suivez-le !

Il souffle un vent nouveau sur le jazz. Loin des caricatures de big-bands arthritiques véhiculées par Michel Leeb ou des chansonnettes fades de Norah Jones, cette musique bouge et s' enrichit vraiment. Les têtes d' affiche du mouvement: Brad Meldau, The Bad Plus et l' Esbjorn Svenson Trio qui renouvellenent sans cesse la formation piano / basse / batterie.. Coté francophone, on peut parler de Julien Lourau et donc de Magic Malik, génial flutiste-saxophoniste-vocaliste prêt à jouer avec toutes les influences.

69-96 premier CD du jeune homme, sorti en 2000 est un coup de maitre qui débute par deux morceaux mélodiques, pleins de pêche et d' ambition musicale: Ovni (qui porte bien son nom: la voix de Magic Malik est époustouflante) et Madness (idem....). Ensuite toutes les influences sont digérées avec une facilité impressionnante par cette formation d' une jeunesse insolente qui ne pert jamais de vue le plaisir de l' auditeur... Bienvenue chez eux !

Alti-Plano (Une flûte perdue dans la Batucada...)


podcast

échelle de facilité d' écoute

rythme 3/5: Des surprises et des variations .. C' est quand même du jazz, mais joué avec une énergie très réjouissante.

mélodies 4/5: Des thêmes faciles à retenir qui sont ensuite disséqués par le magicien Malik

Longueur des morceaux 2/5: entre 4 et 9 minutes

Passerelle vers Jazz, musiques du monde.

28/04/2006

Deep Purple "Made in Japan" Le Live de la mort qui tue !

Ce disque n' est peut-être pas à proprement parler très facile d' accès puisqu' il y a dedans des vrais grands morceaux de parfois plus de 20 minutes. Et dans ces morceaux, parfois des bons vieux passages hallucinés. Mais s' il ne fallait conseiller qu' un seul disque en live, ce serait lui et comme en plus, Deep Purple est avec Led Zeppelin un groupe qui permet de découvrir le hard-rock, je ne pouvais pas ne pas en parler.

Donc "Made in Japan", monument indestructible du rock, fruit d' une tournée de folie en 1972 au pays du Soleil Levant. Musiciens au sommet, Blackmore (solo de guitare d' anthologie sur Highway Star), Glover, Lord (délire sur Space Truckin' ), Paice et la voix de Gillian pour couronner le tout. 7 plages indiscutables, avec évidemment l' inévitable Child in time, à écouter très fort le soir dans le noir, en guettant tout inquiet le coup de feu qui déchire la musique aux 2/3 du morceau, suicide d' une fan japonaise énamourée qui n' a pas pu avoir de place m' a t' on dit (est-ce vrai ?). A entendre ce qu' elle manque, on la comprendrait presque.

Highway Star (bien compressé, mais çà passe quand même .. Quel pied !)


podcast

Echelle de facilité d' écoute

rythme 3/5: du rock à la base quand ca part pas en délire complet

mélodies 4/5: des riffs de folie, la voix de Gillian est un bijou aussi

Longueur des morceaux 1/5: Bon c' est un vrai Live !

Paroles bien dans l' esprit 70's

Passerelle vers Rock, Hard rock, années 70

26/04/2006

Mano Solo "La Marmaille nue" Déjà 13 ans et toujours vivant !

Mano Solo est le fils de Cabu. Bon voilà, la rubrique people, c' est fait. Seulement quand Mano sort son premier disque en 1993, on découvre un chanteur bien loin de son éternel adolescent à la coupe "Mireille Mathieu" de père...

Consumé par une trentaine d' années brulées par les deux bouts, Mano Solo livre quinze chansons pleines de rage et de désespoir. Sa voie cassée, accompagnée par accordéon, clarinette ou harmonica ferait vibrer un coffre-fort suisse. On reste époustouflé par un tel condensé de chansons :"La barre est dure", "Allo Paris", "15 ans du matin, "C' est pas du gateau" et bien sur "Au creux de ton bras".

Aujourd' hui, ce disque n' a pas perdu une once d' intensité, et Mano Solo est vraisemblablement le premier surpris de pouvoir encore en profiter..

La barre est dure


podcast

Pas du gateau


podcast

échelle de facilité d' écoute

rythme 4/5: Rien d' extraordinaire, rien de terrifiant

mélodies 3/5: Très bonnes, mais surtout très bien chantées..

longueur des morceau 5/5: Quand Mano Solo a fini de crier son désespoir, il a aussi fini sa chanson. Très bien ! De 2 à 4 minutes, jamais plus.

Paroles : Rien à dire. Suivant son humeur çà donne envie se battre ou de tout laisser tomber, çà peut aussi donner envie de pleurer..

Passerelle vers chanson française

24/04/2006

Brahem-Surman-Holland "Thimar" Le plus beau son après le silence...

"Le plus beau son après le silence"... Cette petite accroche un rien prétentieuse est la devise de la maison de disque ECM, basée en Allemagne et qui se caractérise depuis plus de trente ans maintenant par la présence de superbes photographies sur les pochettes de CD mais surtout par une constance dans la volonté d' innover musicalement.

La rencontre entre musiciens de ce label est également une spécialité du cru. Ici, c' est le joueur d' oud tunisien Anouar Brahem qui est à l' origine de cet enregistrement. Pour l' accompagner, deux musiciens de jazz déjà plus que reconnus John Surman, saxophoniste-clarinettiste hors pair et Dave Holland, contrebassiste à la pointe du jazz depuis 30 ans... Le résultat est magique, les deux anglais se sont glissés dans l' univers chaleureux et intimiste de Brahem tout en douceur: la symbiose entre les sonorités des trois instruments relève du miracle. Au final, 50 minutes de réveries orientales idéales pour tous ceux qui voudraient découvrir cette musique.

Kashf


podcast

echelle de facilité d' écoute

rythme 3/5: C' est un plaisir de se laisser porter par ce son de contrebasse..

mélodies 5/5: tout le charme des musiques orientales, accessibles et raffinées.

longueur des morceaux 4/5: Une seule longue pièce de 8 minutes pour ouvrir.. Pour la suite, autour de 5 minutes.

Passerelle vers World-music, Jazz et "gobe-music"

22/04/2006

Massive Attack "Blue Lines" Trip-hop année Zéro

Ce disque a déjà quinze ans... A l' écouter, on ne croirait pas. Indubitablement en avance sur tout ce qu' il se faisait musicalement à l' époque, ce mélange de soul, de hip-hop, de samples hallucinants (dont la fabuleuse ligne de basse de Stratus de Billy Cobham qui ouvre le disque) et d' électronique n' a pas pris une ride. Les voix sont sublimes (ah, Horace Andy...), et Tricky est déjà énorme.

Après ce chef d' oeuvre et la venue d' autres groupes comme Portishead ou Morcheeba, on pensait le trip-hop fait pour régner sur la musique de cette fin de millénaire. Malheureusement, la relève se fait un peu attendre... Si vous connaissez d' autres bombes à la hauteur de ce disque, n' hésitez pas à me les faire connaitre...

Unfinished sympathy (pour moi LE morceau de Massive Attack)


podcast

Echelle de facilité d' écoute

rythme 4/5: assénés par des lignes de basse de oufs comme dirait Kamel du Loft 2...

mélodies 3/5: Ce n' est pas le meilleur, mais çà vaut le détour néanmoins...

longueur des morceaux 4/5: 9 chansons mythiques pour ce disque sans faiblesse. On ne voit pas le temps passer

Paroles: Vous aurez compris que je ne suis pas un grand expert de la traduction...

Passerelle vers soul, électro, trip-hop...