Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/05/2006

L' Oud, l' instrument du début du XXIe siècle !

L' oud est le cousin oriental du luth de la Renaissance (auquel se sont dévoués des génies tels que John Dowland, j' en profite pour vous mettre ici une petite photo d' un des meilleurs joueurs actuels, Paul O' Dette, admirez ce sourire ravageur....).


Le plus souvent, l' instrument posséde onze cordes, les 5 plus aigues étant doublées et associées à une corde de basse unique. L' oud est répandu du Maghreb à l' Irak, axé presque exclusivement sur la mise en valeur des sublimes mélodies par un jeu très précis, ses sonorités apaisent et fascinent l' auditeur curieux. Mais depuis quelques années, le charme opère également auprès des musiciens de multiples horizons qui voient dans l' oud une réelle opportunité de multiplier les échanges. Le nombre important de CDs m' ayant enthousiasmé me conduit à fournir une petite sélection personnelle..

1. Les classiques

Le Trio Joubran, constitué de 3 frères palestiniens, donne un très bon exemple de musique arabe jouée à l' oud, très peu retouchée, basée essentiellement sur la pureté des mélodies et leurs entrelacs subtils. A ne pas trop écouter toutefois si l' on tient à rester éveillé, ce sont de magnifiques berceuses.


podcast

Si l' on veut rester dans la veine plus traditionnelle, on ne peut oublier l' Irakien Munir Bashir, ainsi que le Libanais installé en Allemagne Rabih Abou-Khalil, artiste virtuose qui est vraiment le premier à avoir popularisé son instrument en osant l' associer à d' autres univers musicaux. Le CD Nafas est un bijou de musique arabe.

2. Les premières incursions hors du monde arabe

Rabih Abou-Khalil est le parfait trait d' union entre ces deux mondes. Multipliant les enregistrements de qualité chez Enja, au sein parfois d' un orchestre tirant vers le jazz, avec notamment la présence de musiciens reconnus tels que Kenny Wheeler... De grands moments...

Comme lui, le tunisien Anouar Brahem s' est imposé dans les milieux de la musique plus européennes avec des compositions divines. Pensionnaire de la maison ECM, ses disques sont toujours un véritable miel pour les oreilles. En plus de "Thimar", dont j' ai déjà parlé dans ces lignes, "Le pas du chat noir" où il joue accompagné d' un pianiste et d' un accordéonniste est hautement recommandable.

Dhaffer Youssef, jeune oudiste à la voix d' or a rapidement pris sa place aux cotés de ces presque déjà anciens du métissage. Mais sa volonté d' innover après des disques tels que "Odem" ou "Eletric Sufi" font qu' il trouve naturellement sa place avec d' autres dans la grande marmite du métissage mondial et jouissif qui est à ébullition en ce moment.

3. Ca part dans tous les sens !

Digital Prophecy est incroyable. Un son d' une pureté absolue et l' association avec le génial guitariste Eivind Aarset (compère du trompettiste Nils-Petter Molvaer, qui vient faire sa guest star..) et une électronique agréable sans jamais être agressive en font une réussite absolue !

DuOud composé de 2 amoureux de l' oud et de l' électronnique pousse le bouchon encore plus loin. Toujours à l' extrême limite de ce qui pourrait être du mauvais gout, ils réalisent l' explot de ne jamais y tomber. Leurs 2 albums sont des OVNIs, spécialement "Sakhat" où ils accompagnent un chanteur yémenite traditionnel. Indescripticle.

Chase extrait de "Wild Serenade"... Ahurissant


podcast

Mais l' oud ose toutes les musiques. Le gros rock qui tache du guitariste de Noir Désir, Serge Teyssot-Gay ne lui fait pas peur: "Interzone" enregistré avec Khaled AlJaramani est un miracle tout comme Farewell Shalabiye des Néerlandais de NO Blues, où le Dobro lui répond, accompagné d' une voix féminine toute sensuelle...

Farewell Shalabiye de NO Blues


podcast

Rencontre de Teyssot-Gay / AlJaramani


podcast

 

 

 

Ajoutez à tout celà un rappeur soudanais qui joue avec un des maitres de son pays et vous obtiendrez "Ceasefire", roquette pacifiste et inclassable d' Emmanuel Jal et Abdel Gadir Salim.

Et enfin, les incursions de l' oud dans le free-jazz-rock juif survolté de Rashanim vous achèvent: L' oud est partout ou il peut se faufiler... En ce qui concerne ma discothèque, il l' a envahit depuis longtemps !

26/05/2006

Avril "That horse must be starving" Do you know the french touch ?

Avril, jeune homme à l' éducation musicale classique qui s' est entiché des nouvelles technologies rêva un jour d' un cheval qui mourrait de faim. Je ne sais pas si celui lui a permis d' avancer dans son analyse freudienne, mais au moins, ca lui a permis d' éviter de chercher plus longtemps un titre à ce disque...

Et quel disque ! Une moitié versée vers le rock électronique, l' autre vers des mélodies plus douces, et entre les deux, huit minutes de fusion technoide hallucinée: un fusée nommée "French Kiss" qui lance l' auditeur en orbite.. Avril profite à la perfection de toutes les possibilités que lui offrent les samples et autres machines absurdes comme dirait l' ami William Sheller: Mélangées, des sonorités froides et métalliques rappellent les récents disques d' Emilie Simon tandis que des mélodies efficaces et un chant aérien évoquent plus des groupes tels que Radiohead. Surprenant de bout en bout, ce CD est un hommage à l' utilisation intelligente des avancées technologiques qui modifient la musique d' aujourd' hui. Puissent tous ces nouveaux aventuriers être aussi doués qu' Avril (N'est-ce pas Mr David Guetta ^^...) !

The Date


podcast

Helium Life Boat


podcast

Echelle de facilité d' écoute

Rythme 3/5: quelques ruptures sortent les morceau de leur petit bonhome de chemin..

Mélodies 4/5: Immediatement mémorisables ou presque..

Longueur des morceaux 3/5: il faut un peu de temps pour installer ces petits climats étranges.

Paroles en anglais, ce n' est pas l' interet pricipal de ce disque

Passerelle vers electro voire rock indépendant

Le morceau French Kiss est hallucinant pour déchaines les foules en soirée...

22/05/2006

Emmanuel Pahud : Jacky Terrasson "Into the Blue" facile le classique !

Emmanuel Pahud est un grand flutiste de formation classique. Jacky Terasson est un des pianistes de jazz les plus innovants du jazz actuel. Un beau jour, ils décidèrent d' enregistrer ce disque ensemble, tout émoustillés par leur amour mutuel des grands compositeurs français du début du siècle, tels Ravel et Debussy. Un travail d' arrangement minutieux commença alors, pour pouvoir adapter ces sublimes mélodies de Ravel ou de Fauré au jeu d' un quatuor plutôt guidé par le jazz et l' improvisation.

Aux inoubliables "Pavane pour une infante défunte" et "Boléro" de Ravel se sont ajoutées d' autres bijoux du classique de toutes les époques : Vivaldi, Schumann ainsi que le truculent "Vol du bourdon" de Rimsky-Korsakov sont donc ici présentés comme des oeuvres presqu' inédites. Une mention spéciale à la redondante "Marche à la Turque" de Mozart, calvaire de toutes les oreilles des familles de pianistes débutants qui se transforme subitement en un stupéfiant reggae.

Après ce disque une seule question restera sans réponse, allez-vous ensuite vous tournez vers le jazz ou le classique. Les deux me répondez vous tous en coeur ? Parfait...

Eté et Hiver, 2 sublimes miniatures adaptées des incontournables 4 saisons de Vivaldi...


podcast


podcast

Marche à la turque


podcast

Echelle de facilité d' écoute

rythme 3/5: entre jazz, classique, pas mal d' impro mais tout reste en place.

mélodies 5/5: magnifiquement mises en valeur. Imparables

longueur des morceaux 3/5: La sublissime "Pavane" dépasse un peu du cadre.... mais c' est tant mieux, 8 minutes de perfection. Sinon, pas de longueur...

Passerelle vers classique et jazz

13/05/2006

Fania "Sopi" Le meilleur de l' Afrique d' aujourd' hui

L' Afrique est à la mode et les chanteuses et chanteurs des anciennes colonies sont nombreux à présenter un mélange de sonorités de leur pays et de musique plus occidentale. Curieusement, je suis rarement subjugué par tous ces ersatzs de Youssou N'dour tous dotés de voix lumineuses mais qui s' enlisent souvent dans les mêmes poncifs.

L' exception à cette règle toute personnelle est, vous l' aurez donc compris, incarnée par la surprenante Fania, Sénégalaise pur souche qui réussit en 2000 le tour de force de marier la musique et les dialectes de son pays avec le meilleur du reste de la production mondiale. Chanson, dub, voire "electro-world" dans les derniers morceaux hypnotiques de cet album... tout se marie avec un insolent bonheur avec la voix de la demoiselle et les instruments locaux, dont l' inévitable et enchantante cora.

Vous pouvez foncer, le seul risque que vous prenez en vous procurant "Sopi" est de devenir instantanément amoureux de l' Afrique; on a connu pire...

Sopi (accordéon et percus, un joyau)


podcast

Teï


podcast
 

échelle de facilité d' écoute

rythme 3/5: un peu de tout, il y a même mon gars Cyril Atef qui vient jouer de la batterie sur deux titres

mélodies 4/5: des chansons superbes à pleurer et des mariages sublimes avec les autres musiques

longueur des morceaux 4/5: une seule plage de plus de 5 minutes

paroles.. traduites dans le livret, on peut découvrir un peu les langues de l' Afrique de l' Ouest (peul, wolof, mandingue...)

passerelle vers world-music

10/05/2006

DUPAIN "Les vivants" avec le son, vive le Sud !

Je commence très simplement par un petit groupe du Sud, qui fait de la musique joyeuse efficace et festive dans une indifférence quasi totale, alors que si 3 radios se décidaient à passer ne serait-ce que 5 fois un de leurs titres, il seraient numéro un, j' en suis certain..

Pour faire bref, c' est aussi joyeux que ZEBDA, mais sans engagement politique caricatural et parfois pesant, c' est rythmiquement hyper efficace et ca fait bouger les petons, il y a un bel accent du sud dans la voix du chanteur, et il y a des tas d' instruments un peu exotiques comme la vielle à roue qui donnent avec les samples actuels un cocktail détonnant, c' est garanti à 100 %.

Ce disque a payé injustement mon incompétence informatique des débuts de ce blog... Voici donc un extrait qui arrache le string :

Tacheta 


podcast
 

Echelle de facilité d' écoute:

Rythme 5/5: ca passe tout seul

Longueur des morceaux 4/5: pas de grand délire mystique

Mélodies 4/5: efficace, tout le monde peut chanter, même une binouze à la main

Paroles 4/5: du bon esprit, mais pas donneur de leçon, pas de délires "poétiques" rebutants

Passerelle vers chanson française, électro, World-music

DISQUE A DANSER