Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/03/2007

Peter Hammill "Over" - Van der Graaf Generator "Still life", du bel canto dans le progressif

medium_over.jpg Encore une pochette d' album dont je me lasse pas, la mélancolie matinale qui s' échappe de cette photo fait toujours effet. Et l' homme triste qui nous interpelle est bien Peter Hammill, le chanteur à la fois le plus adulé et le moins reconnu du grand public. Adulé au point que certains chroniqueurs énamourés ne s' embarrassent plus de parler de sa musique: Ils racontent deux trois anecdotes variablement inintéressantes, s' interrogent "Mais Peter qu' arrivera-t-il quand tu sortiras un mauvais disque ?" puis sanctionnent le tout d' un 10/10...

Pour ceux qui ont loupé les épisodes précédents, il est bon de rappeller que Peter Hammill est un peu le pendant maudit du Peter Gabriel  période Genesis. Doté d' une voix magique qu' il n' hésite pas à maltraiter, son oeuvre n' est que lyrisme et hargne, le tout enrobé dans le superbe écrin dit "progressif" de la musique des années 70: Des morceaux longs, des passages instrumentaux ambitieux, de la liberté quoi...

Tout celà est bien résumé dans ce beau Time Heals


podcast
 

 

medium_vdg.jpgLa formation au sein duquel Hammill évolue hors de ses albums solo, Van der Graaf Generator (qui contrairement à ce que ce titre ridicule pourrait laisser entendre est bien un groupe de rock et non un groupe electrogène) garde les mêmes idées directrices, en ayant en plus la particularité de préférer de beaucoup les solos de saxophone à ceux de guitare. A quelques premiers albums sublimes mais difficile d' accès succèdérent les véritables bijoux que sont Godbluff et Still Life dont est extrait l' inamovible Pilgrims.


podcast
 

 

18/03/2007

Beirut Gulag Orkestar - Le rock indépendant aromatisé aux balkans

medium_beirut.jpgLa valeur n' attend pas le nombres des années. Ainsi Zach Condom, multi-instrumentiste agé d' à peine 20 ans, plein de musique et de voyage a-t-il pondu en 2006 un disque alliant la tristesse des fanfares de l' Europe de l' Est avec la simplicité et l' immédiateté du meilleur rock dit "indépendant".

Les thêmes nostalgiques, privés de la grandiloquence des fanfares qui les ont inspirés se fondent dans des formats plus traditionnels; la voix du leader se mêle à eux sans les brusquer et 11 chansons plus tard, les oreilles pleine de cuivre un peu rouillé et d' accordéons parfois furieusement Tiersennisant (Mount Wroclai), on a déjà envie de recommencer. Que demander de plus ?

The Gulag Orkestar

Un petit bijou. Le "poum-tchac, a poupoum-tchac" de l' inusable rythmique rock s' enrichit et se déhanche... 


podcast


Prenzlauerberg 

Une petite valse funèbre "poum tchac tchac", une voix émouvante, le tour est joué...


podcast


Echelle de facilité d' écoute

Rythme 3/5: Ca varie, mais ca reste ultra-accessible

Mélodies 5/5: Superbes

Longueur des morceaux 5/5: Pas une seconde de trop

Passerelle vers Musiques des balkans, rock indépendant 

 

07/03/2007

Romano, Sclavis, Texier, le Querrec "Suite Africaine" Le jazz part en voyage

medium_suite_africaine.jpgDans la morosité actuelle, ce trio d' une virtuosité toute simple fait un peu tâche. Leurs disques souvenirs de "tournées" africaine (en fait plutôt des concerts dans des villages plus ou moins improvisés) se vendent comme des petits pains, comme quoi, la bonne musique peut encore atteindre des chastes oreilles.

La recette ? Des improvisations de haute volée, une section rythmique tout en groove qui séduit sans avoir besoin de se prendre la tête et une idée originale consistant à inclure un photographe pour immortaliser les virées dans la savane des trois compères. Bien plus qu' un simple disque en somme... La solution pour lutter contre la mort annoncée du CD ?  

Cette Suite Africaine, deuxième album sur les trois parus est peut-être le plus accessible, grâce aux mélodies sublimes fournies par le gars Romano notamment. Mais bien entendu, je vous recommande vivement la trilogie entière... 

 

medium_medium_0794881796922.2.gif medium_images.jpg Voici pour mémoire les deux autres disques cu trio. Le petit dernier African Flashback et le premier Carnet de routes. Tous deux également recommandables et pleins de jolies photos d' Afrique...

medium_sclavis.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Soweto Sorrow


podcast

 

Guy danse 


podcast
 

Echelle de facilité d' écoute

Rythme 3/5: un peu free par moments, mais des vrais passages tout en jouissance simple

Mélodies 3/5: là aussi on alterne le sublime et l' improvisé

Longueur des morceaux 3/5: A peine 3 incursions au delà des 5 minutes

Passerelle vers jazz, album-concept..