Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/10/2007

Yaron Herman Trio "A time for everything" un temps pour le talent



ddcf7c8338773cb3fc84fdbdb8224d04.jpgLe talent n'attend pas le nombre des années (ou quelque chose d'approchant) dit un proverbe.  Par contre, il arrive parfois que le talent attende que Yaron Herman, jeune Israélien installé en France depuis 4 ans maintenant, délaisse un peu le ballon de basket pour le piano avant d'apparaitre...

Et voilà comment après avoir débuté la musique à 16 ans on se retrouve quelques années plus tard, encensé de toutes part, comparé à Jarrett ou Monk... Alors évidemment, on a le droit d'être jaloux. Moi j'ai commencé aussi la musique à 16 ans, et aujourd'hui, je ne joue pas à travers le monde. Mais plus simplement, on a le droit d'admirer la classe et le naturel de ce jeune homme qui sont autant de bénédictions. Alors que Jarrett fait surtout parler de lui pour son refus de voir ses prestations pollueés par des odeurs de graillon ou des photographes amateurs intempestifs, Herman lui joue avec son insouciance et son talent avec à ses côtés un bassiste et un batteur de la même trempe. 

Pour les avoir vu hier, devant une salle à moitié vide dans la Vienne envoyer le bois, avec une cohérence absolue, comme un seul homme avant de dédicacer leurs disques (qui sont partis par palettes entières à l'issue de leur performance) plein de gentillesse et de modestie, on ne peut ensuite que s'incliner. Leur musique ? Moderne, émouvante, mélodique, agrémentées de reprises époustouflantes de Bjork, Police ou... Britney Spears. Achetez ce disque, allez voir cet artiste aux faux airs de Christophe Willem qui semble toujours aussi émerveillé par son art, et espérons ensemble que dans 20 ans,  il n'aura pas cédé aux sirènes d'un élitisme puant qui bouffe le jazz par la racine depuis un certain temps... Mais pour avoir échangé quelques mots avec lui, franchement, çà m'étonnerait.

 

Toxic (ah Britney tu a vu ce qu'on fait de ton oeuvre...^^)

 podcast

Army of me 


podcast


Echelle de facilité d'écoute 

Mélodies 4/5: très accessibles, on dit catchy des fois aussi ^^ 

rythme 3/5: çà passe un peu partout, mais y'a des bons moments bien dans l'esprit rock

longueur des morceaux 3/5: là aussi, rien de trop long... 

Passerelle vers jazz 

26/10/2007

Wilco "Sky blue Sky" C'est simple, c'est bon

57ed3a8c132501e974abe19eb1b55ff0.jpgEn gardant les bases du rock, des guitares, une rythmique carrée et une voix d'écorché, il est toujours possible de sortir des chansons imparables. Wilco, groupe originaire de Chicago le démontre une nouvelle fois. Ca navigue entre de la pop ultra-léchée et un Neil Young un peu rajeuni. Surtout au milieu de tout çà, il y a Impossible Germany, un des plus beaux morceaux que j'ai entendu ces derniers temps.

Quand beaucoup s'embourbent dans les références trop lourdes et se figent dans de pathétiques imitations, Wilco avec les mêmes instruments s'élève sans forcer au-dessus de la mêlée...

Impossible Germany (Ah, ce solo de guitare à peine technique, rugueux, un contrepoint divin, et hop, je pars, c'est pas plus compliqué..)


podcast
 

25/10/2007

Trio Mediaeval "Folk Songs" quelques grammes de finesse nordique dans un monde de brutes

0f49fdd9af8fe9540c0920d32fb21821.jpgLes belles harmonies de la Renaissance, ses chansons, ses costumes ? Vous aimez tout celà ? Et bien vous gardez le tout, vous faites 3000 kilomètres vers le Nord et avant de déguster votre gros sanglier roti dans une cheminée monumentale, vous appelez le Trio Mediaeval, jeunes femmes qui seront ravies de vous accompagner avec leurs voix de fées. A leur cotés un percussionniste / joueur de guimbarde colorera un peu le tableau et vous pourrez vous enivrer de ces petites perles de la culture populaire norvegienne.

En vingt petites ballades dans la neige, on anticipe un peu l'hiver. On rallume le chauffage, on fait attention à l'intoxication au monoxyde de carbone et tout, et tout...

Det Lisle Banet 


podcast


Eg Veit I Himmerik Ei Borg 


podcast

Echelle de facilité d'écoute

Rythme 3/5: Pas vraiment marqué, on se laisse porter

Mélodies 5/5: Quels fins entrelacs que voici... 

Longueur des morceaux 5/5: 20 morceaux, une heures à peine, çà roule 

Passerelle vers: musique folklorique nordique, polyphonies, musique ancienne 

10/10/2007

Robert Wyatt "Comicopera"... Mais pourquoi vole-t-il si loin au dessus de nous ?

79504e03a9e6d27e6089fb56ee1a1dfe.jpg Voilà, Robert Wyatt sort un nouvel album, et comme par hasard, le miracle est encore au rendez-vous. Mélodies claires, polyphonies de poches envoutantes, atmosphère divine. La musique de Wyatt est toujours neuve (Qui peut en dire autant ? Zappa, Davis, Coltrane, Zorn, Young et pas beaucoup d'autres...), lui viellit, mais plus çà va, plus j'ai l'impression qu'il ne mourra jamais. Regardez-le, c'est la sagesse incarnée, ce regard bienveillant qui semble dire au monde et au sort (enfin, plutôt à l'alcool pour être honnête) qui l'a posé dans un fauteuil roulant: "Je m'en fous, je suis heureux". Il était un batteur exceptionnel au sein de Soft Machine, depuis Rock Bottom, il s'est métamorphosé en ange.

32d119e0fc137216d8d92d03e468224c.jpgEt faisant bien les choses, surement pas par hasard d'ailleurs, il y a une reprise de Hasta Siempre dans Comicopera. Je suis persuadé que le Che aurait apprécié...

Hasta Siempre Comandate 


podcast
 

ee3cd95e54aac3549eff0c19d5f532dd.jpgEt pour ceux qui ne connaitraient pas encore Robert, comment ne pas recommander aussi Shleep, 10 années au compteur, et toujours aussi magique... 

Maryan Cette mélodie, une des plus douces que je connaisse, Wyatt l'emprunte au génial et sous-estimé guitariste belge Philippe Catherine, qu'il conviendra de ne pas confondre avec un adepte des caleçons moulants...


podcast


Blues in Bob Minor 


podcast
 

02/10/2007

Shibusa Shirazu Orchestra - le bonus japonais du jour

a0f83c53dbc9356d842fe0cae935fd14.jpgEtant donné que les japonais sous amphetamines de Z semblent avoir un peu la côte, je prolonge un peu le délire nippon avec le Shibusa Shirazu Orchestra.

Aussi barjots que leurs copains, eux, ils s'éclatent plutôt avec un gros big-band mais du genre un peu spécial. C'est entre le grand orchestre du splendid, Sun Ra et Fela, les connaisseurs apprécieront. En concert en plus des musiciens, c'est danseurs, peintres et tout le tintouin sur scène et il parait que c'est juste hallucinant.

Donc, ici un petit extrait tout en démesure, et après, promis, je reparle de trucs plus..... calibrés dirons-nous.. ^^


podcast

Bon allez, j'avais dis un, mais j' en rajoute un autre, j'ai pas pris l'abonnement premium pour rien !! Vive la Love Parade Shintoïste déglinguée !


podcast


ecc59a5a21c66426092897220a0e914d.jpg