Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/12/2007

Balanescu Quartet "Possessed" Cordes, robots, hypnose

deb654e91d4ea288a71a5ce38c6db710.jpgSi les magasins de disques d'occasion n'existaient pas, je me demande parfois ce que je deviendrais. Il est si agréable de se faire surprendre par un disque inenvisagé, juste un peu intrigant, coincé entre un best-of des années 80 et un C de hard-rock norvégien...

C'est donc ainsi que je me suis retrouvé avec ce disque assez remarquable du Balanescu Quartet, formation de musique de chambre contemporaine qui ici reprend sur une moitié du disque des oeuvres de... Kraftwerk ! Et il faut bien avouer que la transe hypnotique teutonne passe fort bien à travers les cordes de ce groupe atypique. Les mélodies se retrouvent magnifiées, leur simplicité imparable s'accorde comme par magie avec les ambiances un peu froides de l'ensemble. On oublie vite si on est au début ou à la fin du morceau, on se laisse juste porter... Et les autres oeuvres, notamment les compositions d'Alexander Balanescu restent dans la même tonalité, ce qui fait que ce disque semble bien être un petit trésor atypique dont je raffole.

Model
podcast

Robots 


podcast

Echelle de facilité d'écoute

Rythme 5/5: Hypnotique, je vous dis...

Mélodies 4/5: Simples mais belles, mais surtout, en boucle vous l'aurez compris ^^

Longueur des morceaux 2/5: les compositions de Balanescu dépassent parfois les 10 minutes,mais vu que l'on est un peu perdu tout de suite dans ces étranges vagues, celà n'a pas trop d'importance

Passerelle vers musique répétitive, musique de chambre, musique contemporaine 

 

04/12/2007

Laurent de Wilde "PC Pieces" le musicien qui oublie son piano

11a73e66abe3c85e5945311be880553f.jpg
Laurent de Wilde
est un émérite pianiste de jazz. Reconnu de tous, sa musique a commencé à lentement glisser vers des horizons plus électroniques. D'abord, ce fut des petites boucles, des samples pour faire des disques que l'on pouvait rapprocher du nu-jazz, incarné entres autres par Bugge Wesseltoft ou Niels Petter Molvaer.

Mais là, De Wilde va encore plus loin. Ce disque, soyons clair, n'aurait jamais été considéré comme un disque de jazz si il avait été le fait d'un autre musicien. Ici, on s'enfonce dans le rythme, on oublie les harmoniques, les accords compliqués, c'est l'hypnose qui prend le pas. On pense à la musique répétitive, à l'electro minimaliste, et surtout on pense à CAN groupe allemand du début des années 1970 qui réussissait à faire swinguer ces rythmes inéluctables.

Avec ce disque salutaire, on peut définitivement enterrer les idées préconçues sur les travaux des artistes électroniques comme Squarepusher, Autechre, Murcof et bien d'autres: "C'est pas de la musique." "Ils pillent les autres et ils créent rien", et caetera... Laurent de Wilde a su mettre de côté pas mal de ses années d'études pour revenir à la base de la création musicale et obtient pour son courage et son talent ma reconnaissance éternelle. C'est pas grand-chose, mais c'est déjà çà. ^^

 Glitch 

podcast