Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/04/2010

Jacques Marchais, René-Louis Lafforgue, Gribouille, Jacques Debronckart et les autres: Collier de barbe et pipe en bois, le point chanson française d'autrefois.

Cet article, fait suite à une demande personnelle d'une lectrice fidèle, nouvellement adepte de Jean-Paul Marchant qui m'a fait une demande expresse de chanson française. Etant donné que je suis incapable de résister à de telles demandes, je m'éxécute avec une petite sélection de petits morceaux perdus que j'affectionne particulièrement.

Et enlaffor.jpgcore plus particulièrement, j'aime les chansons de René-Louis Lafforgue. Disparu avant ses quarantes ans, dans un accident de voiture, il n'aura que peu fait profiter le monde de sa gouaille et de sa poésie de la rue. Plus que de l'admiration j'ai de la tendresse pour lui, comme il l'écrit dans "T'es bath, Môme !": Mon coeur fait le beau comme un gros chien quand j'entends sa voix.

T'es bath, Môme !
podcast

Noël en mer

Rien qu'à l'écouter, j'ai presque besoin d'enfiler un ciré !

podcast

Au-delà de cette affection toute irrationnelle, je me suis aussi récemment découvert une vraie curiosité pour ce qu'on pourrait appeler la chanson française à l'ancienne. La voix en avant, la diction un rien théatrale et la grammaire impeccable, un accompagnement qui semble simple mais où souvent, les cordes et les orgues s'entremêlent dans des contrepoints sur mesure. Si je comprends qu'il est illusoire de souhaiter son retour sur le devant de la scène et encore plus de prôner sa supériorité (supposée) sur la production d'aujourd'hui, j'aime me replonger dans cet univers. Quelques périgrinations en vide-grenier m'ont permis de dénicher ces vinyles, d'artistes relativement méconnus qui méritent au moins un petit hommage. En délaissant volontairement les plus grands noms, je vous propose donc une petite sélection, en espérant avoir répondu de manière adéquate à mon admiratrice-mystère.


Gribouille - Dieu Julie

Brr, cette froide description d'une vieille fille me fascine autant qu'elle me dérange un peu. Donc j'aime encore plus.
podcast

Christian Arabian - Une chanson d'amour (n'oublions pas les thèmes connus ^^)
podcast

Jacques Marchais - Chanson pour la nommer
podcast

Jacques Debronckart - J'suis heureux

Superbes arrangements, interrogation plus que jamais d'actualité et témoignage de l'époque (ah les deux chaînes sur sa télé ^^), la trilogie gagnante !
podcast

Christine Oriol - La mer regarde ailleurs
podcast

Etant donné que ces morceaux sont difficilement trouvables, si quelques uns veulent que je les partage, ca peux être envisageable. N'hésitez pas à me faire signe ^^

 

 

 

 

Commentaires

Merci pour la découverte, j'aime bien René-Louis Lafforgue. Je vais de suite dépouiller les médiathèques ou le net pour en écouter plus :)

Écrit par : leeloo | 09/04/2010

Sélection absolument formidable, je ne connaissais personne de votre sélection, tout en ayant été bercé dans mon enfance par ce genre de chansons : Henri Tachan, Michel Bühler, Maurice Fanon, Yvan Dautin, Georges Chelon. J'en ai retrouvé certains sur le net, d'autres me semblent perdus à tout jamais :'(
Merci pour la découverte Debronckart et Gribouille.
Et bravo.
Et heu
signe !
;)

Écrit par : gloq | 13/11/2010

Merci, pour ce petit commentaire qui fait toujours plaisir. J'essaierais de renouveler l'expérience. Pour ce qui est de la signature, je ne pense pas que ça change grand chose... Si vraiment vous voulez en savoir plus, envoyez moi un petit message ^^

A plus et merci encore

Écrit par : disch | 16/11/2010

Non, je ne vous engageais pas à signer, mais vu que vous nous proposiez, à la fin de votre article, à vous faire signe, c'était une manière de vous faire signe, de dire signe... Je ne suis pas sûr d'être clair ?

Bien cordialement !

Écrit par : gloq | 16/11/2010

Ah oui, c'est bon, j'ai compris !
Merci ^^

Écrit par : disch | 16/11/2010

je recherche les parole des chansons de René Louis LAFFORGUE :le bois de meudon
: mademoiselle Adelaîde

cela me rappel beaucoup de souvenirs,je chante dans la salle de bain .amitié à tous les fans des anciens qui chantaient juste et sans pommade .Papyxel

Écrit par : papyxel | 07/03/2011

Les commentaires sont fermés.